• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Port de Bastia: le calme après la tempête, mais jusqu'à quand?

Tout a commencé, ce matin peu avant 8 heures, par l'immobilisation du Pascal Paoli / © Christian Giugliano
Tout a commencé, ce matin peu avant 8 heures, par l'immobilisation du Pascal Paoli / © Christian Giugliano

La plupart des passagers des navires en souffrance dans le port de Bastia a pu débarquer, enfin, après une journée très agitée. Mais c'est loin d'être terminé. Les grévistes ont déjà prévenu. Demain, ils bloqueront de nouveau le port. 

Par Sébastien Bonifay

En cette fin d'après-midi, le port de Bastia a retrouvé son calme. 

Les grévistes se sont réfugiés à l'ombre, à l'entrée de la soute des navires à quai. 

Et les quais, qui ont longtemps bruissé des klaxons, des insultes et du ronronnment impatient des moteurs, sont silencieux. 

Dans le port, quatre navires immobilisés. 
Qui peu à peu se vident de leurs derniers passagers. 

 
Le Pascal Paoli, le Pascal Lota et le Moby Vincent sont toujours immobilisés dans le port de Bastia / © Jean-André Marchiani
Le Pascal Paoli, le Pascal Lota et le Moby Vincent sont toujours immobilisés dans le port de Bastia / © Jean-André Marchiani


Les marins et les sédentaires du STC et de la CGT ont finalement relâché la pression. 

Et laissé débarquer les passagers qui, depuis le matin pour la plupart, fulminaient à l'intérieur des quatre bateaux. 
 
  • Premier immobilisé, le Pascal Paoli. Les passagers sont descendus dans la matinée, et depuis lors, la Corsica Linea a décidé de supprimer toutes les traversées jusqu'à demain soir. Donc personne n'a pu embarquer pour partir à Marseille. 
 
  • Le cas est similaire pour le Moby Vincent (Moby Lines) qui est arrivé à 12h30. Il s'est vidé tant bien que mal, et personne n'a pu embarquer dessus direction Livourne. 
 
  • Le Moby Zazà (Moby Lines) et le Pascal Lota (Corsica ferries), devaient, eux, respectivement partir pour Gênes et Toulon. Et leurs passagers, finalement, ont pu quitter eux aussi les navires. 
 
le Moby Zazà, et ses passagers, qui cherchent à comprendre la situation / © Christian Giugliano
le Moby Zazà, et ses passagers, qui cherchent à comprendre la situation / © Christian Giugliano
 

Pas un bateau n'a pu partir de la journée

mais pour ces deux derniers cas, la situation s'avère problématique.
Les passagers à bord n'arrivaient pas, mais devaient partir.

Et se retrouvent donc ce soir à leur point de départ. 

Ils doivent se trouver un logement pour la nuit.  Avant, demain, d'essayer d'embarquer pour partir.
Pour de bon cette fois-ci.

 
 

Demain, le même scénario se profile


Les grévistes, eux, sont bien décidés à rester sur place. 
Ce soir ils vont dormir sur le port, et demain matin, reprendre leur mouvement. 

Et donc immobiliser de nouveau les navires qui sont à quai. 

Les compagnies maritimes concernées vont tenter de faire partir leurs passagers en souffrance par d'autres ports, au premier rang desquels l'Ile Rousse, mais ca promet d'être compliqué...

 
De nombreux passagers ont mis le cap sur l'Ile Rousse en début d'après-midi, pour embarquer sur le Sardinia Vera qui les attendait sur place, après avoir été dérouté. / © Jean-André Marchiani
De nombreux passagers ont mis le cap sur l'Ile Rousse en début d'après-midi, pour embarquer sur le Sardinia Vera qui les attendait sur place, après avoir été dérouté. / © Jean-André Marchiani


Et comme il n'y a plus de place à quai, aucun autre bateau ne pourra arriver à Bastia si les quatre qui sont immobilisés de lèvent pas l'ancre. 

Ce soir, le Sardinia Regina et le Moby Niki devaient accoster, ils devront trouver une autre solution...
 

Quid des forces de l'ordre, et de l'arrêté de la préfecture?


Une autre question demeure:

Quid des forces de l'ordre, qui se sont faites discrètes tout au long de la journée, au grand dam des touristes qui les réclamaient à corps et à cris?

L'arrêté pris par la préfecture interdit certes l'entrée de navires de la Méridionale dans le port de Bastia, mais il interdit également toute manifestation dans son enceinte...

Bref, la paix qui règne en ce début de soirée sur le port de commerce bastiais ressemble plus à une accalmie qu'à une amélioration de la situation.

 

Retour sur une journée riche en rebondissements:

 



 

A lire aussi

Sur le même sujet

Fête de la musique : à Bastia, trois studios de répétitions mis à disposition de groupes amateurs

Les + Lus