Vente de la tour de Tomino : le projet de transformation en meublé de tourisme est abandonné

Le 12 avril dernier, le conseil municipal de Tomino se dressait unanimement contre l'idée de transformer en location touristique la tour génoise de la commune. Les acquéreurs intéressés ont finalement décidé d'abandonner le projet.

La tour génoise de Tomino comme possible future location meublée touristique : l'affaire, révélée par le maire de la commune, aura largement été relayée par les médias et sur les réseaux sociaux.

Cinq jours après son premier message alertant sur la situation et signifiant le refus unanime du conseil municipal de la voir se réaliser, François Orlandi communique, ce mercredi 17 avril, sur l'abandon de ce projet qui avait créé la polémique.

"Les acquéreurs intéressés pour une transformation de la tour génoise de Tomino en meublé de tourisme ont abandonné leur projet", confirme le maire. Le 12 avril dernier, ce dernier avait indiqué auprès de France 3 Corse ViaStella l'ambition de la commune, depuis plusieurs années, de faire du bâtiment un lieu de mémoire "du fait son histoire particulière".

La municipalité avait tenté en 2021 de contacter les propriétaires pour s'enquérir d'une possible vente, assurait François Orlandi. Sans succès. Avant de découvrir, trois ans plus tard, que la tour génoise était bien à vendre, et que les éventuels acquéreurs, un couple originaire du continent, souhaitaient en faire un meublé de tourisme.

Faire rentrer dans le domaine public "un monument au passé chargé d'histoire"

"Au-delà de l'aspect juridique dont les éléments de contestation étaient en cours d'instruction, notre position est basée sur la destination d'un édifice dont la valeur historique, symbolique et architecturale ne peut correspondre au projet présenté", note le maire. "Cette tour relevant du domaine militaire est restée en l'état depuis sa construction. Elle peut devenir un lieu d'histoire et de mémoire."

L'élu remercie dans ce même message "celles et ceux, très nombreux, toutes tendances confondues, qui [ont] apporté leur soutien. Cette mobilisation a contribué aussi à la prise de conscience quant à la nécessité de protéger le patrimoine matériel et immatériel de la Corse."

"Nous ne doutons pas que ces témoignages nous aiderons à faire entrer dans le domaine public, avec l'aide de la CDC, un monument au passé chargé d'histoire", conclut François Orlandi.