Toute personne venant en Corse cet été devrait être testée, selon le comité scientifique

Le comité consultatif créé par l'Assemblée de Corse a rendu ses conclusions. Selon lui, il est nécessaire de s'assurer d'une "gestion régulée des flux de population" cet été. En clair, tester tous les voyageurs en route pour l'île. Un avis qui va dans le sens du Green Pass de Gilles Simeoni.

Les dernières barrières sont levées, dans toute la France, pour l'accès aux plages
Les dernières barrières sont levées, dans toute la France, pour l'accès aux plages © Christian Giugliano
La question fait débat depuis des semaines.
La Corse, durant la saison estivale, est une destination fortement prisée, et une bonne partie de son économie repose sur un été réussi.
Mais l'épidémie de Covid-19 a changé la donne. 
Comment recevoir ces touristes, dont on a besoin, sans pour autant provoquer une deuxième vague épidémique ?
 
ILLUTRATION/ L'aéroport de Bastia, habituellement, durant la saison touristique
ILLUTRATION/ L'aéroport de Bastia, habituellement, durant la saison touristique © Christian Giugliano / FTVIASTELLA

C'était l'un des sujets sur lesquels était attendu le Conseil scientifique consultatif, créé par l'Assemblée de Corse en avril dernier. 
 

Eviter un rebond épidémique

Les quatre scientifiques et médecins qui le composent ont rendu leur avis :
Selon eux, les flux estivaux en Corse "sont caractérisés par un brassage important de population sur une période courte, sans équivalent en France au regard des caractéristiques démographiques et sanitaires". 

En conséquence, précise le rapport rendu hier, l'île pourrait faire face, au cours des prochains mois, à un rebond épidémique et à une très redoutée saturation hospitalière. 
 
Plus simple qu'un test PCR avec un prélèvement "naso-pharyngé", le test sérologique est réalisé avec une prise de sang.
Plus simple qu'un test PCR avec un prélèvement "naso-pharyngé", le test sérologique est réalisé avec une prise de sang. © PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP

Pour éviter cela, une solution :
"La gestion régulée des flux de population pendant la saison estivale". 

Pour y arriver, le Conseil propose de "conditionner l'accès au territoire insulaire pendant la saison estivale à la présentation d'un test PCR négatif ou à un test sérologique positif". 
En clair, quiconque présenterait les symptômes du Covid-19 ne pourrait pas venir en Corse.
 

Intégralité de l'avis du Conseil consultatif scientifique

 

Un coup de pouce bienvenu au Green Pass

Une proposition très semblable au Green Pass évoqué par Gilles Simeoni. 
 
Le Conseil scientifique consultatif considère la possibilité d'un test qui serait réalisé entre 4 et 7 jours avant le départ. 

Selon une simulation effectuée pour le mois de juin :Cette simulation, avec ces 100 personnes arrivées en Corse malgré les contrôles, tient compte des réserves émises lors de la présentation du Green Pass sur la fiabilité des tests.
C'était l'un des reproches principaux au projet soutenu par Gilles Simeoni. 
 
Le but principal de ces tests : éviter un nouvel engorgement des services de réanimation de l'île, dans une période estivale durant laquelle ils sont déjà très souvent sollicités
Le but principal de ces tests : éviter un nouvel engorgement des services de réanimation de l'île, dans une période estivale durant laquelle ils sont déjà très souvent sollicités © PHOTOPQR/LAMONTAGNE/MAXPPP
 

Dès juin ?

Le conseil conseille de mettre en place un tel dispositif dès le mois de juin, pour pouvoir "adopter le modèle en juillet/août/septembre, en y intégrant également l'évolution des données épidémiologiques". 
Une date qui semble un peu ambitieuse, au vu des délais...

Une chose est sûre, en revanche.
Alors que le Green Pass avait provoqué de vives réactions sur l'île, autant chez ses soutiens que chez celles et ceux qui y voyaient un frein très dommageable à la saison touristique, le rapport du Conseil consultatif scientifique risque fort de raviver le débat dans les prochains jours...



Le Conseil consultatif sceintifique est composé de :
- Josette Dall'ava-Santucci, médecin, professeure émérite, Université de Paris
Descartes ;
- Mylène Ogliastro, Virologue, Directrice de recherche INRAE Montpellier ;
- M. Dominique Barbolosi, mathématicien, professeur d’université à Aix-Marseille, à l’origine, avec Fabrice Barlesi, de l’immunothérapie ;
- M. Bernard Lecomte, médecin, Anesthésiste-Réanimateur Directeur Médical de crise COVID-19 à l’hôpital d’Aiacciu-La Miséricorde.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
déconfinement société coronavirus santé
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter