• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Le brocciu menacé par des traités internationaux

Le fromage traditionnel corse n’apparaît pas dans la liste des produits français à appellation protégée dans le futur traité du Ceta, qui devrait être adopté avant la fin 2016.

Par Amira Bouziri

C’est l’ex-député européen et actuel président de l’Alliance Libre européenne, François Alfonsi, qui s’est emparé de cette problématique. Il a eu entre les mains un document d’information qui comporte les détails du futur accord entre le Canada et l’Union européenne, le Ceta.

Il y figure entre autres une liste de produits français à appellation protégée. Dans cette liste, divers produits régionaux tels que le brie de Meaux, le roquefort ou encore le piment d’Espelette. Mais pas le brocciu. François Alfonsi dénonce ainsi le risque d’une disparition prochaine du fromage corse.

Un brocciu plus tout à fait corse


Le brocciu est un fromage frais fabriqué à partir de petit-lait de lait de brebis ou de chèvre produit en région corse. Il a obtenu son appellation d’origine contrôlée (AOC) en 1983 puis son appellation d’origine protégée (AOP) en 2003.

Ce dernier label protège "la dénomination d'un produit dont la production, la transformation et l'élaboration doivent avoir lieu dans une aire géographique déterminée avec un savoir-faire reconnu et constaté". Cela veut dire que le brocciu ne peut être produit qu’en Corse. S’il est produit ailleurs, il doit porter un autre nom.

Le Tafta, en cours de négociations


L’accord du Ceta préfigure le Tafta, le traité international qui a pour objectif d’instituer une zone de libre-échange et d’investissement entre les Etats-Unis et l’Union Européenne afin de créer un marché commun aux règles simplifiées.

Les négociations avancent au ralenti. François Hollande a annoncé, mardi 3 mai, qu'"à ce stade" des discussions avec les Etats-Unis, "la France dit non" au Tafta. Quelques heures auparavant, Matthias Fekl, le secrétaire d'Etat au Commerce extérieur, avait prévenu que l'arrêt des négociations était "l'option la plus probable" aujourd'hui. 

Le reportage d'Olivier Castel, de Typhaine Urtizverea et de Pascal Alessandri
Reportage: Le brocciu menacé par des traités internationaux
Intervenants : François Alfonsi, président "Alliance Libre Européenne" - Ex-député européen ; Michel Pierucci, fromager à Viscuvatu ; Mathieu Finidori, président du Syndicat AOP Brocciu



Sur le même sujet

Entretien avec François Charles, président de l'association l'Arcu

Les + Lus