Le Corsica Linea Dui à Bastia sur fond de tensions sociales

 13/02/16 - Le Corsica Linea Dui, nouveau navire de la compagnie Corsica Linea dans le port de Bastia (Haute-Corse) / © FTVIASTELLA
13/02/16 - Le Corsica Linea Dui, nouveau navire de la compagnie Corsica Linea dans le port de Bastia (Haute-Corse) / © FTVIASTELLA

Le "Corsica Linea Dui", nouveau navire de la compagnie Corsica Linea, créée par le consortium d'entreprises corses Corsica Maritima, est arrivé samedi matin à Bastia, alors que les navires de la MCM (ex-SNCM) sont toujours bloqués à quai par le Syndicat des travailleurs corses (STC). 

Par France 3 Corse ViaStella

Les représentants des salariés se disent inquiets par le projet de rapprochement entre la MCM et la Corsica Linea, dont aucun détail n'a été dévoilé
vendredi à l'issue d'un comité d'entreprise à Marseille de la MCM (ex-SNCM), en présence de Patrick Rocca, repreneur de la compagnie maritime.

A la veille de ce CE, les marins STC avaient décidé de bloquer le navire amiral de l'ex-SNCM, le Pascal Paoli, dans le port de Bastia. Vendredi, c'est le Jean Nicoli qui a été à son tour bloqué à Ajaccio.

C'est dans ce contexte que le Corsica Linea Dui de la compagnie éponyme est rentré peu avant midi dans le port de Bastia. Une fois à quai, le chargement du navire devrait être bloqué par le STC.

"Nous n'empêcherons pas le Corsica Linea Dui de se mettre à quai et de décharger", a indiqué Alain Mosconi, représentant du STC. "Mais il ne chargera pas les 75 remorques qui sont en attente sur le quai", a-t-il prévenu.

Cette situation de bloquage devrait perdurer d'ici au 17 février, date d'un nouveau comité d'entreprise où les détails de la fusion MCM-Corsica Linea devrait être fixés.

Le chargement du Corsica Linea Dui bloqué par le STC
Alain Mosconi, représentant STC Transports. Equipe: Coralie Chaillan, Fabien Fougère, Jo Ienco

Un avenir très incertain

Dès vendredi, Patrick Rocca a tenté de rassurer les salariés, en démentant toute nouvelle casse sociale. "Le périmètre d'activité est le même, conforme au plan qui a été déposé devant le tribunal".

Pour autant, si le contrat de délégation de service public (DSP) de la Corse venait à être modifié, 200 à 300 emplois pourraient être supprimés en plus des 500 déjà actés par le projet de reprise de la SNCM, sur environ 1.400 en CDI.

De son côté, le président de l'Assemblée de Corse Jean-Guy Talamoni a indiqué que le montant de la DSP, qui doit normalement démarrer en octobre, sera revu à la baisse.

Aux côtés des marins STC, il s'est également prononcé en faveur de la mise en place d'une compagnie maritime régionale. Autant d'éléments qui pourrait redistribuer profondément les cartes du transport maritime insulaire.  


A lire aussi

Sur le même sujet

Municipales 2020 : Entretien avec Paul-Félix Benedetti, chef de file de Core in Fronte

Les + Lus