Cet article date de plus de 4 ans

Maria Gentile, une héroïne populaire corse

Maria Gentile, cette jeune femme de 20 ans avait bravé le danger pour offrir à son fiancé une sépulture digne de ce nom contre les soldats français en 1769. Une statue d’elle a été inaugurée à la Collectivité Territoriale de Corse, lors de la Journée des droits des femmes.
Marie Ferranti, Auteure de "La Passion de Maria Gentile"; Antoine Vincenti, maire de Poggio-d'Oletta ©France 3 Corse
C’est à Poghju d'Oletta dans une petite maison que Maria Gentile, après les événements qui feront d’elle une héroïne insulaire, passera la plus grande partie de sa vie. Au moment des faits, elle a à peine 20 ans. Nous sommes en février 1769, et 1.500 soldats français sont cantonnés à Oletta. En pleine offensive paoliste, un complot est envisagé pour prendre par surprise les troupes françaises. Le complot ne sera pas exécuté mais plusieurs hommes du village sont arrêtés, jugés, condamnés aux supplices les plus lourds. Parmi eux, le fiancé de Maria.


Pendu sur la place du couvent, ultime châtiment : l’interdiction de sépulture. Et c’est là que le mythe d’Antigone se met en place. Maria, devant l’insupportable, brave l’interdit en se rendant à la nuit tombée sur la place du couvent chercher le corps de celui qu’elle aime pour lui trouver une sépulture. Un acte qui fera d’elle une héroïne.

« Cela va au-delà du courage. Je pense que c’est une vertu. Je veux dire par là que c’est un être supérieur au commun des mortels. Ce n’est pas un élan instinctif, c’est quelqu’un qui représente la valeur la plus haute de l’humanité. C’est quelqu’un qui refuse que l’on avilisse le corps, la dépouille de son fiancé à celle d’un animal. Donc c’est quelqu’un qui transporte avec elle toutes les plus hautes valeurs de l’humanité », raconte Marie Ferranti, auteure de "La Passion de Maria Gentile".

Le buste de Maria Gentile, une héroïne populaire corse, installé à l'Assemblée de Corse
Le buste de Maria Gentile, une héroïne populaire corse, installé à l'Assemblée de Corse © JA MARCHIANI / FTVIASTELLA

Mémoire populaire


Maria Gentile a inspiré plusieurs auteurs et son histoire a été véhiculée de générations en générations.

« La mémoire a transporté l’événement. Puis aussi, à Poghju en particulier, on est au courant car nous avons eu un biographe de la paroisse, qui s’appelait l’abbé Antoine Coste, qui lui nous a raconté l’événement. A la fois sous l’angle des "conspirateurs" d’Oletta et d’autre-part, pour l’événement Maria Gentile », explique Antoine Vincenti, maire de Poggio-d'Oletta.

Une stèle rappelle le souvenir de ces hommes, tous très jeunes. Le nom de Maria Gentile y est associé.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
histoire sorties et loisirs journée internationale des droits de la femme société