Rallye : le baptême du feu animé du pilote corse Pierre-Louis Loubet au Monte-Carlo

Le pilote corse Pierre-Louis Loubet, victime d’une sortie de route spectaculaire vendredi, s'est félicité de sa découverte du Monte-Carlo, où il a pris la 16e place et un "réel plaisir".

Pierre-Louis Loubet au rallye Monte-Carlo.
Pierre-Louis Loubet au rallye Monte-Carlo. © Reporter images/MaxPPP

Il y a des week-ends qui marquent, et celui qui vient de s’achever restera sûrement gravé longtemps dans la mémoire du pilote corse Pierre-Louis Loubet, dont le premier rallye de Monte-Carlo en WRC a été mouvementé.

Le champion du monde WRC2 2019, qui évolue désormais en WRC, le championnat de rallye le plus prestigieux au monde, avait débuté le rallye monégasque par une première journée solide, "dans des conditions vraiment délicates", comme il l’avait confié sur Twitter. 

"On m’en parlait depuis tout petit, maintenant je peux le dire moi-même : le rallye Monte-Carlo est vraiment un monument."

Pierre-Louis Loubet

Le vendredi, deuxième jour du rallye, a été plus sportif. Le matin, le pilote de 23 ans originaire de Bastia avait confié son admiration face au Monte-Carlo, un mythe. "On m’en parlait depuis tout petit, maintenant je peux le dire moi-même : le rallye Monte-Carlo est vraiment un monument." 

Dans l’après-midi, alors qu’il pointait à la dixième place d’un classement dominé par le Français Sébastien Ogier, Pierre-Louis Loubet a animé la dernière spéciale de la journée. Sur une route détrempée, sa Hyundai a manqué un virage et tiré tout droit. Mais les images de la sortie de route étaient plus impressionnantes qu’autre chose.

Pierre-Louis Loubet et son co-pilote Vincent Landais s’en sont sortis sans blessure, sans pour autant pouvoir repartir, la faute à une voiture bien endommagée à l’avant.

À tel point que la spéciale a dû être interrompue temporairement. "On a fait une petite erreur, ça s'est passé tellement vite qu'on n'a pas eu peur. Et le lendemain, on a réussi à se remettre dedans", explique Pierre-Louis Loubet, joint par France 3 Corse ViaStella.

Deuxième meilleur temps de la spéciale 10

Après une nuit mouvementée, entre la tempête qui a touché le Sud-Est de la France et une courte nuit pour les mécaniciens de l’équipe de Pierre-Louis Loubet, qui ont réparé la Hyundai du Corse, le champion du monde WRC2 2019 est reparti samedi.

Il s’est même permis de signer le deuxième meilleur temps de la spéciale 10. La preuve d’une sortie de route digérée, et d’un "apprentissage" qui se poursuit. Le lendemain, il a remis ça en signant le 4eme temps de la spéciale 13, à trois petites secondes du futur vainqueur Sébastien Ogier.

"C'est un rallye très dur, qui demande beaucoup de concentration et de connaissance, mais c'est un réel plaisir. Il y avait beaucoup de nouvelles choses, et au final je suis content, même s'il y a cette petite erreur (la sortie de route). J'ai hâte dy revenir l'an prochain", s’est satisfait le champion corse en clôture d’un premier rallye Monte-Carlo mouvementé, qu’il a bouclé à la 16e place, alors que l’Ajaccien François-Xavier Buresi et co-pilote de Eric Camilli, a terminé à la 10e place.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
rallye monte-carlo sport rallye auto-moto