Reims-Bastia : les dirigeants corses “plus que jamais mobilisés” pour Maxime Beux

Les dirigeants nationalistes corses restent "plus que jamais mobilisés pour obtenir justice et vérité" pour Maxime Beux, supporter de Bastia grièvement blessé en février dans des heurts avec la police à Reims, a déclaré jeudi Gilles Simeoni le président de l'exécutif de la Collectivité territoriale.

Par France 3 Corse avec AFP

"J'ai soutenu auprès du ministère de l'Intérieur la demande d'audience formulée (par ce supporter) Maxime (Beux) et sa famille et me réjouis qu'il y ait été fait droit", a déclaré Gilles Simeoni, président du conseil exécutif, lors d'une session de l'Assemblée de Corse ce jeudi. 

Maxime Beux, 23 ans, et sa famille devaient être reçus le 20 juin par le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, mais le rendez-vous a été reporté au 6 juillet. Le jeune homme était présent avec ses proches et des membres de son comité de soutien jeudi dans la tribune réservée au public de l'Assemblée territoriale. Une banderole "Ghjustizia per Maxime" avait été accrochée jeudi matin sur les grilles de Collectivité terroriale. 


Gilles Simeoni a ajouté que les dirigeants nationalistes corses demeuraient "plus que jamais mobilisés pour obtenir justice et vérité, dans un contexte pacifique". Le président de l'Assemblée de Corse, Jean-Guy Talamoni, a également exprimé son soutien à Maxime Beux durant cette session. Une motion de soutien au collectif Ghjustizia è verità per Maxime Beux a été adoptée.

Étudiant en gestion à l'université de Corte (Haute-Corse), Maxime Beux a perdu l'usage de l'oeil gauche lors d'incidents avec des policiers le 13 février à Reims après un match de football. 

Le jeune homme affirme avoir été blessé par un tir de flashball d'un policier. Selon le parquet, le supporter du SC Bastia est tombé sur un poteau. Une enquête a été ouverte par l'Inspection générale de la police nationale pour tenter de déterminer dans quelles conditions le jeune homme a été blessé.

A lire aussi

Sur le même sujet

Municipales 2020 : Entretien avec Paul-Félix Benedetti, chef de file de Core in Fronte

Les + Lus