#Ripresa : masque obligatoire, moins de patients, le quotidien d’un chirurgien-dentiste depuis le déconfinement

La rédaction de France 3 Corse Via Stella vous propose grâce au #Ripresa (reprise) d’accompagner le redémarrage de l'économie. Ce vendredi, rencontre avec Sébastien Casanova, chirurgien-dentiste à Ajaccio.

Les chirurgiens-dentistes ont pu reprendre leur activité le 11 mai, jour du déconfinement. Sébastien Casanova nous raconte leur nouveau quotidien.
Les chirurgiens-dentistes ont pu reprendre leur activité le 11 mai, jour du déconfinement. Sébastien Casanova nous raconte leur nouveau quotidien. © JCC
Dans le cabinet de Sébastien Casanova l’activité reprend doucement. Comme beaucoup, ce chirurgien-dentiste d’Ajaccio a officiellement rouvert le 11 mai. « La première journée a été dédiée aux urgences, nous n’avons pas fixé de rendez-vous ou rappelé nos patients. Le fil normal a repris le lendemain », explique-t-il.

Dorénavant, les patients sont obligés de porter un masque et ne peuvent plus venir accompagnés. Sébastien Casanova a également bouleversé son temps de travail pour respecter au mieux les consignes sanitaire et limiter ainsi la propagation du coronavirus. « Les rendez-vous sont plus longs et plus espacés entre chaque patient. Nous avons aussi renforcé notre stérilisation et nous aérons aussi entre les rendez-vous surtout lorsqu’ils ont pu générer des aérosols potentiellement contaminants », détaille le chirurgien-dentiste.

 
Depuis la reprise, la stérilisation des outils est renforcée dans les cabinets des chirurgiens-dentistes.
Depuis la reprise, la stérilisation des outils est renforcée dans les cabinets des chirurgiens-dentistes. © JCC


Une nouvelle organisation qui a ses conséquences : la réduction du nombre de patients pris en charge. En temps normal, entre 15 et 20 patients se succèdent dans son cabinet, depuis le déconfinement, ils sont entre 10 et 12 maximum.
 

« Les patients sont sereins et respectent les consignes »

Selon le chirurgien-dentiste, ses patients ne semblent « sereins, ou alors ils le cachent très bien » plaisante-t-il. Il précise : « Ils respectent toutes les consignes qu’on leur donne. »

Une sérénité qui se retrouve aussi du côté des professionnels du cabinet. « On n’a pas de peur particulière, on fait de notre mieux et on pense que tout se passera bien », indique Sébastien Casanova.
 
En temps normal, le cabinet de Sébastien Casanova accueille entre 15 et 20 personnes, ils sont entre 10 et 12 maximum depuis le déconfinement.
En temps normal, le cabinet de Sébastien Casanova accueille entre 15 et 20 personnes, ils sont entre 10 et 12 maximum depuis le déconfinement. © JCC
 

Le cabinet fermé durant 15 jours

Il y a deux mois, la veille de l’annonce officielle du confinement par le gouvernement, Sébastien Casalonga et ses équipes ont décidé de fermé le cabinet. « On a appelé tous les patients et on a annulé les rendez-vous en anticipant les consignes », précise le chirurgien-dentiste.

S’en suivent 15 jours de fermeture totale, sans aucune activité. Puis, début avril l’ordre national des chirurgiens-dentistes décide d’assurer une continuité des soins en instaurant un service de garde. « Sur Ajaccio, dans un premier temps quatre cabinets ont instauré ces gardes, puis six. L’idée était de na pas laisser les gens livrés à eux-mêmes et de ne pas saturer les urgences hospitalières », raconte Sébastien Casanova.

Pour lui, le plus dur est peut-être passé, tout ne peut qu’aller en s’améliorant.

 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
déconfinement société santé
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter