Mouscron : le premier couple pacsé de France “fier d'être Français” après le vote pour le mariage homo

Dominique Adamski et Francis Dekens ont été les premiers le premier à signer un Pacs en France, le 18 novembre 1999 au tribunal de grande instance de Lille. / © AFP PHOTO
Dominique Adamski et Francis Dekens ont été les premiers le premier à signer un Pacs en France, le 18 novembre 1999 au tribunal de grande instance de Lille. / © AFP PHOTO

Le premier couple pacsé de France en 1999, formé par Dominique Adamski et Francis Dekens, a exprimé "sa grande joie" mercredi après l'adoption la veille de la loi sur le mariage homosexuel, les deux hommes affirmant n'avoir "jamais été aussi fiers d'être Français".

Par avec AFP

"C'est avec une grande joie et une satisfaction immense que nous avons sablé le champagne hier soir avec des amis hétéros", a déclaré Dominique Adamski, qui fut avec Francis Dekens le premier à signer un Pacs en France, le 18 novembre 1999 au tribunal de grande instance de Lille.

"Nous n'avons jamais été aussi fiers d'être Français", a-t-il ajouté, précisant qu'ils avaient suivi les débats et que "les phrases de la ministre (de la Justice), Mme Taubira, à l'adresse des jeunes homos pour leur dire qu'ils font partie de la République, les avaient particulièrement "ému".

MM. Adamski et Dekens, respectivement âgés de 59 et 67 ans, et qui abordent leur 34e année de vie commune, se sont mariés en Belgique le 24 février 2006, ce pays ayant légalisé ce type d'union dès 2003.

"Nous n'avons plus que la promulgation de la loi pour faire valoir nos droits", c'est-à-dire transcrire leur mariage belge en droit français sur leur livret de famille, ont-ils souligné.


Un long chemin

Aujourd'hui retraités, leur vie se partage entre Mouscron, commune belge proche de Lille, et Cayeux-sur-mer, près de la baie de Somme. Francis et Dominique soulignent que le chemin fut long depuis qu'en 1996, ils
avaient obtenu un certificat de vie commune à la mairie de Lille
, "l'une des rares à reconnaître alors le concubinage entre homosexuels".

Même s'ils n'ont pas l'intention, à titre personnel, d'en bénéficier, ils sont partisans "dans une étape ultérieure" d'ouvrir aux homosexuels la procréation médicalement assistée (PMA), jugeant "anormal que tant de lesbiennes françaises se rendent en Belgique pour s'y faire inséminer".

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus