Le combat d'un député du Nord pour le vote obligatoire

Après la découverte du taux d'abstention aux municipales dimanche dernier, le député-maire de Phallempin Thierry Lazaro reprend son combat pour le vote obligatoire sous certaines conditions. Explications.

Thierry Lazaro, maire UMP de Phallempin réélu à 72%, dimanche dernier, revient sur les solutions à mettre en place pour lutter contre l'abstention. D'après lui, l'une d'elle serait le vote obligatoire mais assorti d'autres dispositions.

En fait, le député propose que les électeurs qui ne se rendent pas aux urnes paient des amendes : 15 euros la première fois, puis 45 euros. Parallèlement, il demande une reconnaissance du vote blanc, indispensable selon lui pour lutter vraiment contre l'abstention. Il se base sur l'exemple d'autres pays, qui connaissent ce système mais qui, faute de prise en compte du vote blanc, continuent à avoir des abstentionnistes. En sus, il propose que tous les résultats électoraux soient déclarés en votes exprimés et en vote des inscrits.

Pour l'élu, cette dernière mesure permettrait de se rendre compte de l'ampleur de l'abstention et des conséquences en terme de représentativité. Lui-même en a pris conscience lors des dernière législatives quand il s'est aperçu qu'avec 54.98% de votes exprimés, il n'avait finalement convaincu q'un inscrit sur 3.
Ainsi, d'après ses calculs, Nicolas Sarkozy n'a été désigné que par 43% des Français inscrits en 2007 et François Hollande 39 %en 2012. "Des scores qui font relativiser", affirme le député qui s'inquiète de la montée sans cesse plus forte de l'abstention.

L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité