Libération de Pont-à-Marcq : le vétéran anglais Albert Green, 93 ans, reçoit la légion d'honneur

Publié le Mis à jour le
Écrit par YF avec Myriam Schelcher

Le vétéran anglais Albert Green, 93 ans, a été décoré ce dimanche de la légion d'honneur à Pont-à-Marcq. Le 3 septembre 1944, il a combattu pour libérer cette commune du Nord de l'occupant nazi. 23 de ses camarades sont tombés lors de la bataille.

Albert Green était un grenadier, un soldat de la garde royale britannique. Le 3 septembre 1944, il a combattu pour libérer Pont à Marcq (Nord), au sud de Lille. Vingt-trois de ses camarades ont perdu la vie ce jour là. Chaque année, le vétéran vient leur rendre hommage samedi, au cimetière de Lille Sud. Il est aujourd'hui, à 93 ans, le dernier survivant de son bataillon. "Je suis quelqu'un de très sentimental, je n'ai jamais oublié...", nous a-t-il confié. "Je ne connaissais pas chacun d'entre eux personnellement, mais ils se sont sacrifiés pour que moi je reste en vie. Moi j'ai eu de la chance. Eux sont morts. C'est la vie. C'est malheureux, c'est la guerre."
durée de la vidéo: 02 min 22
Pont-à-Marcq honore son ultime libérateur
Ce 3 septembre 1944, le bataillon d'Albert Green, affronte une poche de résistance allemande dans la petite ville de Pont-à-Marcq. 40 ans plus tard, un autre vétéran, Jim Hague, sera le premier à revenir sur place pour réactiver le souvenir de la bataille. Ce sont désormais ses enfants, Jacqueline et Steeven, qui honorent la mémoire de leur père et des soldats anglais morts au combat. "Il nous racontait que les grenadiers étaient en infériorité numérique par rapport aux allemands, qui étaient aussi mieux armés", explique Steven Hague. "La bataille a été dure. Mais ils n'avaient pas le choix, il fallait libérer la ville. Ils ont perdu 23 hommes, mais ils sont arrivés à leurs fins et ont fait prisonniers les Allemands".


"Ne me qualifiez pas de héros s'il-vous-plait"


Cette année, pour le 70e anniversaire de la bataille, Pont-à Marcq a célébré ses héros en grande pompe, en rejouant la libération de la ville dans les rues, devant le vétéran Albert Green, qui prend cet hommage avec modestie. "Ne me qualifiez pas de héros s'il-vous-plait", demande-t-il. "J'y étais, c'est tout... je ne suis pas un héros. Les héros, ce sont ceux qui sont morts ici."

Le soir même de ce fameux 3 septembre 1944, le bataillon d'Albert Green parviendra jusqu'à Bruxelles pour libérer la capitale belge. En juillet 1945, il participera au défilé de la victoire....à Berlin.