Retour de Sarkozy : Gérald Darmanin, maire de Tourcoing, choisi comme porte-parole

Publié le Mis à jour le
Écrit par Yann Fossurier .

C'est désormais officiel : le jeune député-maire de Tourcoing, Gérald Darmanin, a été désigné comme porte-parole par Nicolas Sarkozy  pour sa campagne pour la présidence de l'UMP.

C'est l'une des valeurs montantes de l'UMP et le nouveau porte-parole de Nicolas Sarkozy dans son opération de reconquête du parti. L'ancien président de la République l'a confirmé ce lundi sur son compte Twitter.



Dimanche, lors de la réunion des militants de la Xe circonscription du Nord à Halluin, Gérald Darmanin affichait déjà clairement son soutien à l'ex-locataire de l'Elysée. "J'ai choisi de le soutenir pour la présidence de l'UMP, parce qu'il avait un discours de rassemblement, parce qu'il avait un discours d'unité", a-t-il expliqué.

durée de la vidéo: 01 min 47
A bientôt 32 ans, l'ex-assistant parlementaire de Christian Vanneste a fait son bonhomme de chemin. En 2012, il a battu son mentor - tombé en disgrâce à la suite de propos jugés homophobes - lors des élections législatives et fait son entrée à l'Assemblée Nationale. En mars dernier, il a ravi la mairie de Tourcoing à la gauche. Issu d'un milieu modeste, son profil a tout pour séduire un Nicolas Sarkozy en quête de nouveaux visages pour accompagner son retour en politique et incarner le "renouveau" de l'UMP. "Nicolas Sarkozy m'a dit : "toi, tu es dans un milieu populaire, tu as gagné une ville populaire, tu as gagné une circonscription populaire, tu as peut-être parfois un discours critique vis-à-vis de ma présidence, viens nous rejoindre, plutôt que de nous critiquer, et viens porter le nouveau rassemblement", a déclaré Gérald Darmanin. 



Le député-maire de Tourcoing l'a de nouveau rappelé dimanche : il n'est pas un "sarkodolâtre". Pour le moment, son soutien à Nicolas Sarkozy se limite à l'élection interne à la présidence de l'UMP. Car Gérald Darmanin est un proche de Xavier Bertrand​, candidat déclaré aux primaires pour la prochaine élection présidentielle de 2017. Selon nos informations, les deux hommes ont accepté de soutenir Nicolas Sarkozy dans sa reconquête de l'UMP à une condition : que l'ex-président de la République accepte l'organisation de primaires au sein du premier parti d'opposition.      
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité