11 novembre : François Hollande lance un message "d'espérance" à Notre-Dame-de-Lorette

Le président François Hollande a lancé mardi à Notre-Dame-de-Lorette un message "d'espérance" à l'occasion des commémorations de la Première guerre mondiale. Le chef de l'Etat a inauguré l'anneau de la mémoire.

##fr3r_https_disabled##Le président François Hollande a lancé mardi à Notre-Dame-de-Lorette un message "d'espérance" à l'occasion des commémorations de la
Première guerre mondiale, relativisant "les difficultés" actuelles au regard "des épreuves bien plus terribles" du passé.

Dès 15h30 ce mardi, le chef de l'Etat a inauguré l'"Anneau de la Mémoire" de Notre-Dame-de-Lorette, un mémorial en hommage aux quelque 580.000 combattants de toutes nationalités tombés dans le Nord-Pas-de-Calais durant la Première Guerre mondiale.

A 16H00 a débuté une cérémonie internationale dans la nécropole voisine, où sont conservées les dépouilles de 43.000 combattants. En présence de sept ministres étrangers (britannique, allemand, belge, portugais, canadien australien, néozélandais), le chef de l'Etat a prononcé son seul discours de la journée.

"L'avenir se construit la tête en avant, pas le regard en arrière (...) Notre pays a subi des preuves bien plus terribles que les difficultés auxquelles nous
faisons face aujourd'hui
", a lancé le chef de l'Etat, en commémorant le 11 novembre sur le promontoire de Notre-Dame-de-Lorette.

Les commémorations "ne sont pas faites seulement pour honorer les morts (...) mais pour transmettre, pour mobiliser les générations nouvelles

"Les commémorations "ne sont pas faites seulement pour honorer les morts (...) mais pour transmettre, pour mobiliser les générations nouvelles", a-t-il affirmé.
Face aux "idéologies de haine" aux "séparatismes (qui) s'exacerbent, nous devons nous souvenir de l'engrenage infernal" de 1914, a poursuivi le président.
"La paix, a-t-il dit, est toujours fragile elle peut vaciller à tout instant", a-t-il dit citant notamment les conflits actuels en Ukraine, Syrie, Irak.

"Honorer les morts, c'est projeter le pays pour le faire avancer. Le patriotisme n'est pas une nostalgie, c'est une volonté", a encore dit le chef de l'Etat.
Proclamant que "la France, c'est une économie qui doit être forte", il a aussi prôné "un patriotisme social".

Peuples soyez unis, hommes soyons humains


A ceux glorifient le passé pour mieux critiquer le présent, il a rappelle que "le 20e siècle n'a pas été un âge d'or, mais une suite de massacres, deux fois".
"Notre ambition c'est le progrès économique, le progrès social, culturel, écologique, mais surtout le progrès humain (...) "Peuples soyez unis, hommes soyons humains", a lancé le président citant la supplique inscrite sur la tour lanterne de Notre-Dame-de-Lorette dressée devant lui.
"Ici, dans le silence des morts, c'est toujours l'espérance qui surgit comme un cri", a conclu le chef de l'Etat.

Quelques heures avant son arrivée, un petit avion avait survolé le site, traînant dans son sillage une banderole "Hollande démission". Un acte signé d'un militant réclamant depuis 2013 le départ du président. Plus tard, en apercevant un engin de surveillance, François Hollande a plaisanté: "Tiens, voilà du drône autorisé ! ".