• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

27432 spectateurs au Stade Pierre Mauroy, le record est battu !

27 432 personnes dans le Stade Pierre Mauroy. Ça chauffe ! / © ‏@Basileuhbonne
27 432 personnes dans le Stade Pierre Mauroy. Ça chauffe ! / © ‏@Basileuhbonne

Par AFP

La Fédération Française de tennis (FFT) espérait battre le record d'affluence en finale de Coupe Davis, 27.200 à Séville en 2004 pour Espagne/Etats-Unis. Son président, Jean Gachassin, a ainsi annoncé la présence de 27.203 spectateurs. Finalement, le record est plus largement battu  : 27432 personnes sont dans le Stade Pierre Mauroy ce vendredi après-midi. Ce n'est pas le record pour un match de tennis mais pour un match de Coupe Davis. Le stade lillois entre dans les annales !

Le Stade Pierre-Mauroy devrait de nouveau faire le plein samedi, pour le double, et dimanche, pour les éventuels matches décisifs.


"C'est la plus belle finale", s'écrie vendredi un supporter tricolore, traduisant l'excitation de ses compatriotes et des Suisses, au stade Pierre-Mauroy de Villeneuve d'Ascq (Nord), alors que devait débuter la finale de Coupe Davis. Dans une joyeuse ambiance de kermesse, les deux camps fraternisent aux quatre coins du stade, posant pour les photographes.

"La Suisse en face, c'est énorme ! Deux joueurs du top 5, dont le meilleur de tous les temps... Ca fait plus de 10 ans qu'on attend une victoire, ça s'annonce
comme une grosse fête !
", se réjouit Fred Pouly, 37 ans, venu d'Orléans, avec son pote Corentin Allais, 23 ans.

Tous deux affublés de perruques bleu-blanc-rouge, avec le maillot tricolore, ils sont venus taquiner les Helvètes, de façon bon enfant. Dadou, 48 ans, supportrice de Zurich, réclame "la niaque !" : "La coupe, on veut la ramener, le saladier, il est pour nous !", s'écrie-t-elle, deux petits autocollants
suisses sur les pommettes et le drapeau helvète sur le dos, une casquette RF (pour Roger Federer, ndlr) sur la tête.

Seule petite interrogation pour les supporters suisses, la condition physique du numéro 2 mondial Roger Federer : "Il n'est pas du genre à tricher en disant
qu'il est diminué alors qu'il ne l'est pas", s'inquiète ainsi Christophe Cotter, 46 ans, venu du Valais avec sa femme Florence, tous deux vêtus du maillot suisse. "Est-ce qu'il a besoin d'être à 100% pour gagner ? C'est le seul joueur capable de gagner sans être entraîné", estime pour sa part Philippe, 50 ans, autre supporter suisse.

Dès les deux premiers simples, "Ca va être très compliqué, 1-1 pour la France", estime Eric Quillet, 26 ans, de Picardie, dans la queue pour prendre sa place, qui espère tout de même voir la France virer en tête à 2-0, à l'issue de la première journée de "la plus belle finale", grâce à "un coup de Monfils".
Il craint cependant que de nombreux supporters français ne soient "pour la Suisse, parce qu'il y a Federer, une légende vivante".

"Il faut arrêter de se focaliser dessus, le public sera derrière les Français", assure non loin de là Nicolas Escudé, lunettes noires sur le nez. L'entraîneur
de Tsonga et dernier tennisman français à avoir remporté le point décisif dans une finale pour la France (en Australie, en 2001) est pressé d'en découdre : "On a hâte que ça attaque, que les hostilités commencent".

Après un concert du groupe français Skip the Use, les supporters des deux camps étaient chauds et ont accueilli les deux équipes dans une belle bronca à l'issue d'une Marseillaise comme seul un stade de football peut en produire, la fête pouvait alors vraiment démarrer.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les concerts puis confidences d'Arno et de Dick Annegarn

Les + Lus