LMCU devient la MEL : qu'est-ce que ça change ?

Depuis le 1er janvier, huit grandes villes ont acquis un nouveau statut : Bordeaux, Nantes, Rennes, Toulouse, Grenoble, Strasbourg, Rouen et... Lille. On vous explique ce que ça va changer. 

Elle est passée quasi inaperçue, cannibalisée par le débat sur la fusion des régions : la création des 11 premières métropoles en France. Dans le Nord Pas-de-Calais, Lille Métropole Communauté Urbaine change de nom et de logo et devient MEL, Métropole Européenne de Lille avec des pouvoirs renforcés qu'expliquent nos journalistes Jean-Louis Manand et Dominique Dumont.

Dix grandes agglomérations, outre Lyon, sont devenus au 1er janvier des métropoles, un nouveau statut qui doit faire d'elles les locomotives de la croissance et de l'emploi dans leur région mais aussi les aider à rayonner au-delà de l'Hexagone. Lille, Bordeaux, Grenoble, Nantes, Rennes, Rouen, Strasbourg, Toulouse, Brest et Montpellier, ont rejoint Nice, seule métropole actuellement mais dont le statut va lui-même évoluer. Sur son périmètre, la métropole de Lyon remplira aussi les fonctions d'un département au 1er janvier. Dotées d'un statut à part, les métropoles du Grand Paris et d'Aix-Marseille Provence verront le jour dans un an.

L'opération vise aussi à rationaliser la gestion locale. Elle consiste à confier aux grandes concentrations humaines de 400.000 habitants au moins l'ensemble des responsabilités du développement urbain, selon François Hollande : développement économique, transports, environnement, enseignement supérieur-recherche, aménagement et rénovation urbaine...Par délégation de l'Etat, de la région ou du département, selon les cas, les métropoles pourront aussi s'occuper du logement, de la voirie, etc.