5 choses à savoir sur la bataille de la Somme (pour ne pas être perdu pendant les commémorations)

© Alphapress - Patrick van Katwijk/dpa/picture-alliance - EPA/maxppp
© Alphapress - Patrick van Katwijk/dpa/picture-alliance - EPA/maxppp

Vous participez à l'une des cérémonies, vous suivez nos directs Facebook ou bien vous apprenez à l'instant qu'aujourd'hui est un jour particulier: voici 5 choses à savoir sur la Bataille de la Somme, pour ne pas être complètement perdu. 

Par Jeanne Blanquart

1. C'est l'une des batailles les plus meurtrières de l'Histoire


La Bataille de la Somme a fait presque 1 060 000 victimes, dont 442 000 morts ou disparus. Et c'est le 1er juillet 1916 que les pertes ont été les plus conséquentes. Les soldats britanniques portaient plus de 30 kg d'équipements sur eux et avançaient au pas lors de l'offensive. Les Allemands ont attendu le dernier moment avant de déclencher les mitrailleuses. Le carnage était inévitable. 

2. On y trouve pour la première fois des chars d'assaut

Les premiers chars d'assaut / © France 3 Picardie
Les premiers chars d'assaut / © France 3 Picardie


Ou plutôt ils sont réellement utilisés pour la première fois. En 1915, la production de chars est lancée discrètement. Mais c'est le modèle Mark 1, produit en juin 1916, qui est finalement gardé pour les offensives et qui sera utilisé lors de la Bataille de la Somme. Placés devant la première ligne d'hommes, ils sont censés détruire les barbelés des camps adverses, mais causeront quelques difficultés aux soldats au sein même du no man's land...

3. Elle a inspiré de nombreux artistes


Otto Dix est l'un des plus connus. Ce peintre allemand a participé à la Bataille de la Somme est s'en est ensuite inspiré pour réaliser de nombreux tableaux et lithographies. Ernest Junger, un écrivain allemand, a également rédigé des mémoires de guerre suite à sa participation à la bataille. 
Et sans doute le plus connu, bien qu'on ait du mal à rattacher son oeuvre à l'Histoire: J.R.R. Tolkien, l'auteur du célèbre Seigneur des Anneaux...

Otto Dix, « Sturmtruppe geht unter Gas vor » (Assaut sous les gaz), 1924. / © France 3 Picardie
Otto Dix, « Sturmtruppe geht unter Gas vor » (Assaut sous les gaz), 1924. / © France 3 Picardie


4. La première offensive a été reportée... à cause de la pluie


Initialement prévue le 29 juin 1916, la bataille a été décalée à cause, notamment, des conditions climatiques et du manque de préparation. Un recul qui n'aidera pas beaucoup. Le temps reste excécrable pendant tout le temps de la bataille, les tranchées deviennent des montagnes de boue, et les soldats sont considèrablement impactés par la pluie incessante. 

5. Les soldats venaient du monde entier


Ce qui explique le nombre de cimetières du Commonwealth dans le département... Britanniques, Candaiens, Néo-Zélandais, Sud-Africains: de nombreux soldats étrangers se sont engagés parmi les alliés pour défendre le front et mener l'offensive. Ce qui explique aussi les multiples délégations étrangères qui sont présentes aujourd'hui en Picardie pour commémorer la mémoire de leurs ancêtres


Sinon vous pouvez aussi nous suivre sur notre page Facebook et voir notre édition spéciale !

Sur le même sujet

Les + Lus