8 et 6 ans de prison pour deux détenus qui avaient torturé leur compagnon de cellule à Sequedin

L'entrée de la prison de Lille-Sequedin / © FRANCE 3
L'entrée de la prison de Lille-Sequedin / © FRANCE 3

Le verdict est tombé ce mercredi soir à la cour d'assises du Nord à Douai.

Par AFP

Ils avaient fait subir brûlures, coups et humiliations à leur compagnon de cellule : deux anciens détenus ont été condamnés vendredi par la cour d'assises du Nord à huit et six ans de prison ferme pour "torture et actes de barbarie" commis en réunion.

Egalement jugés pour "tentative de viol" pour avoir tenté d'introduire un flacon d'épices dans l'anus de la victime, ils ont été acquittés de ce chef. Lors de l'audience, la cour s'était longuement interrogée sur la connotation sexuelle de cet acte. Driss El-B., 25 ans et considéré par la victime et les enquêteurs comme le "meneur" voire le "patron" de la cellule, a été condamné a huit ans d'emprisonnement. Déjà détenu pour d'autres faits, il avait reconnu et regretté à l'audience l'ensemble des actes de torture. Driss A., vu comme le "suiveur" mais qui a toujours nié toute participation, a été condamné à six ans de prison ferme et immédiatement écroué.



"Pardonne moi, frère, (...) c'est le pire truc que j'ai fait  de ma vie"


Les deux hommes avaient été incarcérés en avril 2013 avec Bachir, la victime, dans une cellule de Lille-Sequedin d'environ 13 m2 normalement conçue pour deux. Tous trois purgeaient des peines de quelques mois de prison, pour des faits de vol ou des délits liés aux stupéfiants. S'ils entretenaient au départ de "bons rapports", s'amusant à des "jeux de lutte, de corps à corps", leur relation avait dégénéré, Bachir devenant peu à peu le souffre-douleur des deux autres.

Les "jeux" s'étaient transformés en combats, de plus en plus violents. Après la tentative de pénétration, et un strip-tease exécuté à la demande de ses co-détenus, Bachir avait également subi de multiples brûlures, notamment sur les zones génitales, à l'aide d'allumettes, de plastique fondu, ou encore d'une casserole brûlante. "Ils se sont acharnés sur moi (...) j'étais leur passe-temps", a lancé Bachir devant la cour mercredi. "Pardonne moi, frère, (...) c'est le pire truc que j'ai fait  de ma vie", lui a répondu Driss El-B.

Pour Gildas Brochen, avocat de Driss El-B., "la peine est sévère, au regard du contexte carcéral", de la "surpopulation", mais aussi du fait que le jeune homme "n'avait que 18 ans et a beaucoup évolué". "Ce sont des peines conformes aux souffrances endurées", a au contraire estimé l'avocat de Bachir, Charles Cogniot, heureux que son client puisse "enfin être juridiquement considéré comme victime".


 

Sur le même sujet

Les + Lus