À Château-Thierry dans l'Aisne, 9 rapaces du spectacle des aigles saisis par l'Office français de la biodiversité

Vendredi 12 novembre, le maire de Château-Thierry dans l'Aisne a signé un accord de dessaisissement de 9 rapaces qui se produisaient dans le Spectacle des aigles. En cause : le manque de traçabilité de l'origine et de l'acquisition de ces oiseaux.

Un grand-duc d'Europe. Un milan noir. Trois buses variables. Deux chouettes effraie. Un faucon sacre et un pygargue à tête blanche. Au total, neuf rapaces du spectacle des aigles de Château-Thierry dans l'Aisne n'appartiennent plus à la municipalité, gestionnaire du spectacle. 

Vendredi 12 novembre, Sébastien Eugène, le maire, a signé l'accord de dessaisissement de ces rapaces au profit de l'Office français de la biodiversité :

En cause, l'absence de traçabilité quand à la provenance et à l'acquisition de ces rapaces. "On ne savait pas d'où ils venaient et comment ils avaient été acquis, explique Sébastien Eugène. Sachant qu'il existe un gros marché noir pour ces oiseaux, la législation est très stricte à ce sujet."

Enquête judiciaire

Les oiseaux ont été achetés en 2010, date de la création du spectacle des aigles dans le château médiéval de la ville.

À l'époque, c'est une association qui est à sa tête. La municipalité en récupère la gestion en 2013/2014. En 2020, l'Office français de la biodiversité veut vérifier les papiers d'identité des rapaces.

Des zones d'ombres apparaissent au point qu'une enquête judiciaire est menée. Les investigations arrivent à la conclusion qu'une quinzaine d'oiseaux du spectacle des aigles "ont été acquis de manière illicite et qu'il y avait nécessité pour la Ville de s'en dessaisir", résume Sébastien Eugène.

Dès octobre 2020, les oiseaux concernés sont placés dans des parcs animaliers. La signature du dessaisissement officielle n'est que la conclusion administrative de ce dossier. Pour le moment, l'accord concerne 9 rapaces mais "il est probable qu'on doive se dessaisir d'autres oiseaux. C'est notre souhait mais le problème de leur accueil dans d'autres structures se pose. Donc pour le moment, ils sont toujours à Château-Thierry dans les volières du spectacle".

Repenser le spectacle

L'année dernière, l'absence des oiseaux a entraîné des difficultés dans la présentation du spectacle : ne pouvant plus être scénarisé, il a été réduit à une présentation pédagogique des oiseaux. "On se pose la question pour la suite, notamment sur l'utilisation d'animaux sauvages pour un spectacle, avoue Sébastien Eugène. Les animaux sont en bonne santé. Ils sont nourris, ils volent parce qu'ils ont besoin de voler. Quitte à ce qu'ils volent, autant que ce soit devant un public. On réfléchit à une autre forme d'animation dans le château médiéval. Peut-être reconduire la formule pédagogique." 

Une remise en question du spectacle tel qu'il est d'autant plus nécessaire qu'il n'a jamais vraiment rencontré un franc succès : "on voit que dans le temps les visiteurs ne reviennent pas donc il y a besoin d'un renouvellement", conclut le maire de Château-Thierry. La saisie de ces rapaces n'a entraîné aucune suppression de poste de soigneurs : plusieurs dizaines d'oiseaux vivent encore des les volières du château médiéval.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
animaux nature spectacle vivant culture