Dans les clubs de football de l'Aisne, des licences à un euro pour fidéliser les bénévoles

Publié le Mis à jour le
Écrit par Remi Vivenot
Terrain de foot (illustration)
Terrain de foot (illustration) © CC0

Ce sont les petites mains indispensables à la vie de nombre de clubs de football. Les accompagnants, souvent des proches des joueurs, font l'objet d'une initiative du District de football dans l'Aisne destinée à officialiser et favoriser leur engagement.

Depuis deux semaines dans l'Aisne, le district de football a lancé des licences "volontaire". Une nouveauté dans le département car ce type d'adhésion n'existait pas jusqu'ici. Elle se destine spécialement aux nombreux bénévoles œuvrant dans l'orbite des clubs et auxquels seule la licence "dirigeant" pouvait être proposée jusqu'ici.

La nouvelle licence volontaire est, de surcroît, proposée au prix d'un euro seulement contre 16 normalement. La différence est prise en charge par le District et reversée aux clubs. Certes, le district Aisne enregistre une baisse de 5 % du nombre de ses dirigeants mais ce n'est pas là la motivation essentielle. Le nouveau statut vise d'abord à officialiser la participation de tous ces bénévoles dont les 160 clubs et 17000 licenciés du département ne pourraient se passer. Présents au bord des terrains, ces accompagnants n'apparaissent pourtant souvent sur aucun écran radar car ils n'adhérent pas et n'ont donc aucune existence officielle. Le District conscient de leur importance a donc proposé une solution qui vise également à fidéliser leur participation.

Reconnaissance et protection

"Nous voulons chercher ceux qui n'ont pas de licence dirigeant mais œuvrent pourtant dans les clubs. Ce sont des mamans, des mamies, ceux qui s'occupent de la buvette, de la logistique", explique Pascal Poidevin, le Président du District Aisne de Football. "Ils ne sont pas identifiés officiellement. Un certain nombre même ne veulent pas prendre une licence de dirigeant. La licence volontaire, c'est à la fois une reconnaissance et une protection pour eux, notamment au niveau de l'assurance. Par exemple pour les parents accompagnants, cela peut être le cas de la maman qui se brûle avec une cafetière " explique le Président du district.

La structure s'est fixée un objectif de 200 licences "volontaire" souscrites dans le département. Pour soutenir l'opération, un concours est de surcroît lancé afin de mobiliser les clubs du département. Les trois clubs qui apporteront le plus d'adhésions se verront remettre des bons d'achat pour équiper leur club-house.

Les femmes en première ligne

Au F.C. Villers-Côtterêts, cette initiative semble bien perçue. Corinne Pierquet, la secrétaire depuis 10 ans, également présidente de la commission féminisation du District y voit "une avancée", en particulier pour les femmes bénévoles. "C'est une tata, une sœur, une maman. Les mamans sont toujours là pour faire les lacets, laver les maillots, soigner les bobos, consoler quand on prend un but, mais on ne les reconnaît pas", estime-t-elle.

La secrétaire confirme la difficulté a officialiser la participation des bénévoles. "Jusqu'ici c'est très compliqué de faire prendre une licence dirigeant aux mamans. Les hommes ont plus de facilité pour cela. Elles ne veulent pas officialiser leur participation. Elles se disent qu'on va encore leur en demander plus », confie Corinne Pierquet.

Pourtant, "sans elles, ce serait difficile", reconnait-elle. "Il n'y aurait personne à la buvette par exemple". Pour la secrétaire, l'aspect sécurité est également important. "Beaucoup de mamans prennent leur voiture pour se rendre dans les matchs. En cas d'accident, elles ne sont pas couvertes". La nouvelle licence permettra cette prise en compte. "Nous nous sommes fixés pour objectif d'e faire souscrire une licence par équipe chez les 6-11 ans", précise Corinne Pierquet. L'enjeu est important, notamment au niveau de la fidélisation, dans ce club qui a perdu certains de ses dirigeants dernièrement.

Le concept de la licence "volontaire" existe déjà dans d'autres départements. Dans l'Aisne, l'opération à un euro est prévue jusqu'au 31 décembre mais elle pourrait être prolongée.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.