Pour la première fois, le maire RN de Villers-Cotterêts assiste à la Journée commémorative de l'abolition de l'esclavage

© Le maire frontiste de Villers-Cotterêts a assisté pour la première fois depuis son élection en 2014 aux cérémonies de l’abolition de l’esclavage.
© Le maire frontiste de Villers-Cotterêts a assisté pour la première fois depuis son élection en 2014 aux cérémonies de l’abolition de l’esclavage.

Cette journée du 10 mai est la journée des mémoires et de réflexion sur la traite, l'esclavage et leurs abolitions. Pour la première fois depuis son élection à la mairie, Franck Briffaut, maire frontiste a assisté aux cérémonies.  

Par Halima Najibi

Le 10 mai est la "journée nationale des mémoires de la traite, de l'esclavage et de leurs abolitions" depuis 2006. La France est le premier État et demeure le seul qui, à ce jour, ait déclaré la traite négrière et l'esclavage "crime contre l'humanité". Elle est également le seul État à avoir décrété une journée nationale de commémoration.

Depuis 2007, le préfet de l’Aisne et la municipalité de Villers-Cotterêts commémoraient, tous les 10 mai, la journée de l’esclavage et de son abolition : le général Dumas, né esclave à Saint-Domingue et père d’Alexandre Dumas, est inhumé dans la ville. 

Après son élection à la tête de la ville en 2014, le maire RN Franck Briffaut avait refusé d'organiser une commémoration de l'abolition de l'esclavage prévue, considérant que c'est se soumettre à une "autoculpabilisation permanente". Il a préféré baptiser une nouvelle route au nom du général Dumas.   
 

Ce vendredi 10 mai 2019, pour la première fois depuis son élection, le maire frontiste a assisté aux cérémonies. 
 
Commémoration de l'abolition de l'esclavage à Villers-Cotterêts


 

Sur le même sujet

Dimanche en politique en Picardie : Policiers, sapeurs-pompiers et élus agressés : halte au feu ?

Les + Lus