Confinement et couvre-feu font exploser les ventes de jeux de société, exemple à Abbeville et Saint-Quentin

Ventes record de puzzles, rupture de stocks des grands classiques, succès des jeux à deux... Le confinement et le couvre-feu ont boosté les ventes de jeux de société et l’activité des boutiques spécialisées.

Les ventes de jeux de société ont augmenté grâce aux confinements et couvre-feu.
Les ventes de jeux de société ont augmenté grâce aux confinements et couvre-feu. © FTV

Pour Matthieu Chaumont, l'année 2020 a mal commencé. Gérant d'un magasin de jeux à Abbeville dans la Somme, il a dû mettre ses employés au chômage partiel. Habituellement, le sous-sol de cette boutique indépendante familiale accueille des tournois et des joueurs de toute la France et des pays limitrophes. Mais avec le covid-19, impossible de continuer les rencontres autour d'un plateau de jeux. Et difficile de maintenir une activité complète avec le confinement.

Le dernier loisir

Pourtant, malgré le contexte, les ventes de cette boutique ouverte il y a 5 ans ont augmenté de 15% sur l'année, notamment grâce à la vente en ligne. Commandes plus conséquentes que d'ordinaire accompagnés de petits mots d'encouragement, la solidarité des joueurs a beaucoup compté : "je pense que c'est parce qu'on est une boutique familiale et qu'on a toujours placé les joueurs au centre de notre boutique, explique Matthieu Chaumont. À terme, les gens le reconnaissent".

Des habitués fidèles, comme ce père de famille : il a triplé son budget alloué aux jeux. "Y  a pas de cinémas, pas de restaurants. Il nous reste ça, ironise-t-il. C'est essentiel. On peut être dans des univers où on peut voyager sans quitter son domicile ! C'est cool !"

Effet positif du confinement

Un engouement confirmé par Franck Mathais, porte-parole d'une grande chaîne de magasins de jouets : "En ce moment, le jeu de société est ce qui se vend le plus sur le marché du jouet, constate-t-il. Il représente 18% du marché. Sur l'année 2020, les jeux de société ont progressé de 10% sur tous les marchés. Dans nos enseignes, la hausse est de 12%. C'est un vraie tendance de fond. C'est une dynamique qui existait déçà depuis 2 ou 3 ans et qui a été accentuée quand il y a eu le confinment. Et ça a continué même quand il n'y avait plus le confinement puisque tout était fermé."

Si l'été a légèrement infléchi les ventes - "c'est le cas chaque année mais aussi parce qu'on a retrouvé une vie à peu près normale" et que Noël est traditionnellement une bonne période - "le jeu de société est une valeur sûre pour un cadeau d'adulte" - tous les types de jeux de société ont progressé : les jeux de famille, les jeux pour enfants mais surtout les jeux adultes. "Le jeu de société, c'est une façon de se retrouver autour d'une table. Il n'y a plus d'autres endroits pour se retrouver puisque les restaurants, les bars sont fermés", analyse Franck Mathais.

C'est ainsi que la boutique d'Abbeville a vu déambuler dans ses rayons de nouveaux profils : des adultes qui n'avaient jamais joué et des grands-parents en quête de lien avec leurs petits-enfants. "Le covid a eu un effet positif sur le jeu à l'intérieur de la famille et dans des petits groupes restreints d'amis, reconnaît Matthieu Chaumont. Les gens ont été obligés de se retrouver pour s'amuser ensemble. Le jeu de société est fait pour ça."

Succès des jeux de société pour deux

Et dans les jeux pour les grands, la sous-catégorie qui a énormément progessé, ce sont les jeux pour deux joueurs. "Le problème du jeu de société, c'est qu'il faut jouer à plusieurs. Le confinement et le couvre-feu ne le permettent pas, raconte Dominique Thomas, propriétaire de la boutique en ligne Rêves de dragon basée à Saint-Quentin. Alors les éditeurs ont sorti des jeux pour deux. On a beaucoup de demandes sur les jeux à deux et les jeux en famille."

Les puzzles ont progressé dans le même ordre. "À la différence du jeu de société, ça permet d'inscrire un projet sur plusieurs journées donc c'est un rendez-vous tous les jours", selon Franck Mathais.

Une tendance en forme de mutation pour Dominique Thomas : "en France, on n'a pas la culture du jeu pour les adultes comme c'est le cas en Allemagne par exemple. On a longtemps considéré que le jeu de société, à part les classiques, c'était pour les enfants. On dirait que ça change !"

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
loisirs sorties et loisirs confinement santé société coronavirus/covid-19 abbeville