Attentat de Nice : le cri du coeur de notre journaliste Jean-Paul Delance

Publié le Mis à jour le

Autant de morts, autant de blessés... La plume de Jean-Paul s'émeut de la tragédie de la Promenade des Anglais à Nice. Un poème comme cri du coeur : Vers où court ce Monde où meurent tant d'innocents...

LARMES AMERES

Vers où court ce Monde où meurent tant d'innocents
Dévasté par des hommes trop assoiffés de sang
Que seule la haine guide, qui n'ont pas de pitié
Tuant sans épargner vieillards ou nouveaux nés

Et pour bien justifier tous ces crimes affreux
Ils disent enlever nos Vies pour satisfaire un dieu
Cruel paradoxe car qu'on le veuille ou non
Aucun Livre Sacré, aucune religion
N'incite ses fidèles à partir sur le champ
Pour passer par les armes, Nous Autres, mécréants

Vous par qui la terreur s'insinue dans nos vies
Avez-vous réfléchi, n'avez- vous pas appris
Que Tous Ceux qui d’un coup, sont partis dans la Nuit
Jamais ne seront morts car Eternels Esprits

Maintenant comment vivre après tous ces massacres
Sans l'idée de vengeance, sans en nous ce goût âcre
Qui peuvent Nous faire perdre le sens de la Raison
Pour mieux nous diviser quand l'heure est à l'Union

Moi je ne suis qu'un homme, poussière d'Humanité
Qui n'applique aucun dogme, mais pour qui le respect
Est vertu cardinale qu'on se doit d'appliquer
Que l'on soit religieux et encore plus athée

Car pourquoi donc du Ciel attendre récompense
Par l'Amour ici-bas j’atteins la Transcendance
Alors vous, assassins qui endeuillez nos Coeurs
Je le dis sans colère, il n'est rien de meilleur
Que de vivre pour Aimer et éviter les pleurs
Déclenchés par l'image d'une simple poupée
Qu’ une pauvre enfant morte a dû abandonner

Vers où court ce Monde où meurent tant d'innocents
Je n'ai pas la réponse à cet instant présent

Jean-Paul DELANCE
16 Juillet 2016

Ce texte est inspiré à notre ami Jean-Paul par la photo de cette poupée, dont nous n'avons pas retrouvé l'auteur. Que celui-ci veuille bien nous excuser de la publier sans le créditer.