• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Belgique : ils menacent un évêque et l'enferment dans les toilettes pour piller l’évêché

Illustration de l'évéché de Liège. / © Capture d'écran Google Maps
Illustration de l'évéché de Liège. / © Capture d'écran Google Maps

Un braquage hors norme a eu lieu ce mercredi, jour de l’Assomption : l’évêque de Liège, monseigneur Jean-Pierre Delville, a été agressé. Son filleul et lui ont été enfermés dans les sanitaires...

Par Youssrah sanae Mahadali

Dans la nuit du 14 au 15 août sur les coups de 2h du matin, des voleurs se sont introduits à l'évêché de Liège par une fenêtre des toilettes du rez-de-chaussée. Les malfaiteurs, menaçants, réclamaient de l'argent : "Ils croyaient que l'argent des collectes dans les églises était concentré à l'évêché", explique le diocèse dans un communiqué.

Les éléments dont dispose la justice liégeoise sont encore minces, mais les faits restent assez clairs : deux malfrats ont agressé l’évêque de la paroisse ainsi que son filleul. Ces derniers ne sont pas blessés mais ont été enfermés dans les toilettes où ils ont été retrouvés sains et saufs le lendemain. Et les voleurs ne sont pas repartis les mains vides.

 

Menaces de mort


L'évêque, n'ayant pas d'argent liquide, a dû donner 20 000 euros déposée chez lui par son filleul en vue d'un voyage à l'étranger. "[Les voleurs] ont ensuite demandé de l'or : l'évêque n'a pu que donner les trois calices conservés dans l'oratoire et la chapelle de l'évêché. Ensuite, ils ont demandé des peintures de valeur et exigeaient des Picasso. L'évêque leur a indiqué quatre albâtres du 17e siècle, qui décoraient la salle du conseil", détaille le communiqué paru ce matin.

Les voleurs qui viendraient d'Essen, en Allemagne, ont indiqué à l’évêque qu’ils l'observaient depuis sept mois. "Ils parlaient allemand ainsi qu'une langue étrangère non identifiée et s'exprimaient mal en français", ajoute le diocèse. Le filleul de l'évêque a été frappé et les malfrats ont menacé de le tuer. Une enquête de police a été ouverte.

Les deux victimes restent choqués par le cambriolage et cette séquestration : "Je suis plus dans la compréhension que dans le pardon", explique l'évêque à RTBF.be.

Malgré le cambriolage, Mgr Delville a tenu à célébrer mercredi matin la traditionnelle messe du 15 août dans le village de Banneux, près de Liège, où un sanctuaire a été dédié à la Vierge Marie après que celle-ci fut apparue plusieurs fois à une adolescente en 1933.

 

Sur le même sujet

Visite guidée du Bruxelles des lobbies

Les + Lus