Belgique : naissance d'un orang-outan à Pairi Daïza, espèce en danger critique d'extinction

Publié le Mis à jour le
Écrit par Martin Vanlaton .

Un bébé orang-outan mâle est né au zoo de Pairi Daiza à la fin du mois de novembre. Sa naissance porte à six le nombre d'orangs-outans hébergés dans le parc, une espèce en danger d'extinction critique victime du braconnage et de la déforestation.

Au petit matin du 28 novembre dernier, un petit mâle orang-outan pesant à peine 1,5 kg a pointé le bout de son nez au zoo de Pairi Daiza, situé en Belgique à une trentaine de kilomètres de la frontière française. Conçu et né naturellement, Mathaï - c’est son nom - se porte bien. "Il boit beaucoup et ouvre les yeux régulièrement, indique le parc dans un communiqué. Il reste surtout bien accroché à sa maman, comme il devrait le faire durant 2 années environ."

Cette naissance porte désormais à six le nombre d’orangs-outans hébergés à Pairi Daiza, espèce originaire du nord de la grande île indonésienne de Sumatra. La tribu pourrait encore s’agrandir dans les prochains mois, puisqu’une deuxième femelle est gestante et sa mise bas est prévue au mois d’avril prochain.

Une espèce en danger critique d’extinction 

Cette naissance est vécue comme une victoire par les soignants de Pairi Daiza puisque les orangs-outans sont classés en danger critique d’extinction par l’Union internationale pour la conservation de la nature. Dans leur milieu naturel, ils sont victimes du braconnage et de la destruction de leur habitat forestier, remplacé par d’immenses plantations de palmiers à huile. On estime à seulement 14 000 le nombre d’orangs-outans de Sumatra dans la nature. 



Par ailleurs, la Pairi Daiza Foundation mène un vaste programme de reforestation en Indonésie, où 11 000 nouveaux arbres ont été plantés. 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité