CARTE. Hauts-de-France : votre commune a-t-elle gagné ou perdu des habitants ?

On a comparé les chiffres du recensement en 2012 et en 2017.

L'église de Bailleul.
L'église de Bailleul. © PHILIPPE HUGUEN / AFP
Quelles communes ont gagné ou perdu des habitants en cinq ? En mettant en parallèle les chiffres des recensements réalisés par l'Insee en 2012 et en 2017 (et qui comptent, respectivement, pour la population légale en France en 2014 et 2019), nous avons établi la carte et le tableau qui suivent.
  
Si la recherche n'aboutit pas, pensez à rafraîchir la page.
 


 

Les villes qui gagnent


La Côte d'Opale a t-elle gagné en attractivité ? On trouve plus de zones en rouge près de la mer, notamment dans le Nord. C'est le cas notamment à Grande-Synthe, passée de 21 413 à 23 157 habitants en cinq ans.

Mais ces augmentations concernent surtout les petites communes, comme Ghyvelde (+30,17%) ou Nouvelle-Église (27,22%). Dans les plus grandes villes, on voit peu d'évolution : Amiens stagne à 136 754 habitants (+0,67%), Calais à 74 504 (+1,47%).

En revanche, Saint-Omer a gagné près d'un millier d'habitants en passant à 15 470 âmes (+5,68%) et Beauvais a aussi connu une hausse en passant de 55 739 habitants à 57 582 (+3,31%). Sans parler de Creil, qui voit sa population monter de 4,56% pour s'établir à 35 884 habitants.

Dans la métropole lilloise, le champion de l'augmentation (y compris à l'échelle régionale) est Capinghem, passé de 1697 à 2524 habitants, soit une hausse de 48,81%. 
 

Et puis il y a Roubaix, et ses 77 492 habitants (+2,43%) et Tourcoing, qui a gagné près de 5000 habitants en cinq ans en montant à 98 028 (+4,94%)

 

Les villes qui perdent


Lille, en revanche, a vu son nombre d'habitants baisser de façon très légère, passant de 235 184 à 234 842 habitants (-0,15%). Valenciennes aussi a vu assez peu d'évolution, en baissant à 43 755 personnes (-0,55%).

Parmi les plus grandes communes, Arras a perdu 2,63% de ses habitants en passant à 41 813 habitants, Saint-Quentin en compte désormais 55 098 (-4,61%), Douai en a perdu aussi beaucoup en passant à 40 605 personnes (-5,59%), tout comme Dunkerque et ses 88 667 habitants (-4,15%) ou Boulogne-sur-Mer, descendu à 41 320 âmes (-5,03%)

De nombreuses communes rurales de l'Aisne ont perdu des habitants ; il s'agit du département le plus concerné si l'on en croit la carte.

La commune qui a le plus perdu d'habitants entre 2012 et 2017 est toutefois un village du Nord, Haynecourt, près de Cambrai, qui est passé de 537 à 328 habitants (-38,92%).
 

À noter également Le Touquet, qui a perd 9,79% de sa population en cinq ans, passant de 4946 à 4462 personnes recensées.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société