Caterpillar va fermer son unité de production en Belgique, 2 000 emplois supprimés

Le constructeur d'engins de chantier américain Caterpillar s'apprête à fermer son unique usine de Belgique, à Gosselies, dans la banlieue de Charleroi (Belgique), entraînant la suppression de quelque 2 000 emplois.

L'usine Caterpillar de Gosselies en Belgique.
L'usine Caterpillar de Gosselies en Belgique. © NICOLAS LAMBERT / BELGA / AFP
Caterpillar a annoncé "la fermeture totale du site" au cours d'un "conseil d'entreprise extraordinaire", a affirmé Antonio Cocciolo, représentant local de la Fédération Générale des Travailleurs de Belgique (FGTB). Le groupe a pour sa part publié un communiqué dans lequel il dit seulement "envisager d'allouer les volumes produits" dans cette usine à d'autres sites, notamment à Grenoble, en France, et "à d'autres usines en dehors de l'Europe". Cela "impliquerait un licenciement collectif de quelque 2 000 salariés et la fermeture du site de Gosselies", ajoute-t-il.

"Cette annonce est liée au plan mondial de restructuration et de réduction des coûts annoncé par Caterpillar en septembre 2015", précise-t-il également. Environ 1 400 emplois avaient déjà été supprimés dans cette usine en 2013, dans le cadre d'un "plan industriel". "C'est une situation d'écoeurement total", a affirmé M. Cocciolo. "Ce n'est même pas la direction locale qui est venue faire l'annonce, mais un responsable américain, en anglais." Caterpillar, fabricant de matériel de chantier et d'extraction, souffre de la crise du secteur minier et de la faible croissance économique mondiale. Il a présenté fin juillet des résultats toujours en baisse mais a affirmé que ses efforts de restructuration portaient leurs fruits.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
belgique international économie