• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Charlotte et René, « Les internés oubliés » : une page de l’histoire qui se découvre à Compiègne

Charlotte et René avaient 7 et 17 ans lorsqu'ils ont été internés en 1943 dans le camp de Royallieu dans l'Oise. Pourquoi ? Comment ? Aujourd'hui une exposition leur rend hommage et retrace leur histoire. Tous deux sont venus témoigner.

Par IT

Des milliers de personnes ont été internés dans le camp de Royallieu à Compiègne. Parmi eux, il y avait des résistants, des prisonniers politiques, des juifs, mais aussi 500 civils américains emprisonnés à cause de leur nationalité. Une exposition leur rend hommage en ce moment au Mémorial de l'internement et de la déportation de Compiègne : « Les internés oubliés : Les Américains du camp B de Royallieu ». Elle revient sur le quotidien de ces 500 hommes et femmes privés de liberté entre décembre 1941 et août 1944 à cause de leur nationalité. Des américains internés pour servir de « monnaie d’échange pour pouvoir récupérer les allemands présents aux Etats-Unis », explique Tiphaine Dupuy de Méry, spécialiste du sujet.

Deux d'entre eux étaient présents hier pour le lancement de l'exposition qui retrace leur propre parcours. En 1943, Charlotte Trinchieri, avait 7 ans, René Castellanos, avait 17 ans. Charlotte Trinchieri est venue exprès des Etats-Unis, et René Castellanos, hospitalisé depuis plusieurs mois, a confié à Tiphaine Dupuy de Méry que bien qu’étant très malade, "il s’accrocherait jusqu’au vernissage". Tous deux livrent un témoignage poignant.


Le témoignage de Charlotte Trinchieri et René Castellanos




Sur le même sujet

Pourquoi Bellignies est-il un des plus beaux villages du Nord Pas-de-Calais ?

Les + Lus