Coronavirus : une Belge de 18 ans survit au Covid-19 après 3 semaines de coma et des symptômes inédits

La jeune Elia avait développé une forme grave de myocardite, et doit son salut à une technique de pointe.

La jeune Wallonne a été prise en charge à l'hôpital de la Citadelle, à Liège.
La jeune Wallonne a été prise en charge à l'hôpital de la Citadelle, à Liège. © MAXPPP
Les soignants avaient les larmes aux yeux, lorsqu'ils ont compris que le pire était passé. La jeune Elia, 18 ans, a passé trois semaines dans le coma à l'hôpital de la Citadelle, à Liège, après avoir été parmi les premières Belges à contracter le Covid-19.

C'était "le premier jour du confinement" (en Belgique, le 18 mars), raconte sa mère Sylvie à RTL.be. "Elle savait qu'il y avait très peu de victimes à ce moment là et c'était que des personnes âgées, donc j'ai dû lui expliquer que ça s'attaquait aussi aux jeunes qu'elle l'avait eu."
 

"Le matin, Elia m’a dit qu’elle avait mal à l’estomac" a-t-elle également expliqué à Sudpresse. "J’ai pensé à une indigestion. Elle n’avait aucun symptôme du Covid-19. Elle ne toussait pas. Et elle n’avait pas de fièvre. Au contraire, elle avait très froid..."
 
À l'hôpital où elle est transférée pour une urgence cardiaque, les médecins sont d'abord formels. Puis un test est réalisé, et ils s'aperçoivent que la jeune femme, originaire de Wanze, entre Namur et Liège, est positive au Covid-19.

 

Une machine qui remplace le cœur et les poumons


Si Elia a échappé de justesse à la mort, c'est parce que le virus s'est semble-t-il attaqué à son cœur avant ses poumons, et elle a développé une myocardite sévère.

Ces complications graves ont conduit les soignants de Liège à recourir à l'ECMO, l'Oxygénation par membrane extracorporelle : cela signifie que la circulation du sang s'est fait pendant 13 jours à travers une machine, qui remplaçait à la fois le cœur et les poumons. Une technique de pointe habituellement réservée aux opérations très lourdes, et qui mobilise énormément de personnels.

"Il faut des perfusionistes, donc des infirmiers spécialisés dans la circulation extra-corporelle", explique Guy-Loup Dulière, médecin intensiviste, "il faut des chirurgiens pour insérer les canules, les tuyaux de drainage et de réinjection, il faut des médecins intensivistes pour s'occuper du patient plus sur le long cours."

 

"Elle va s'en sortir"


Elia a passé trois semaines dans le coma. À son réveil, sa mère lui a expliqué "qu'entre temps, il y avait eu beaucoup de décès [5453 en Belgique, en date du 19 avril], que le monde tournait différemment, mais que voilà , elle allait devoir continuer à se battre parce que le chemin est encore long."

Après l'ECMO, puis l'aide d'un respirateur, Elia peut désormais respirer seule. "On a tous les jours des petites victoires qui font qu'elle avance bien et qu'elle va s'en sortir", confie sa mère, soulagée.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
belgique international coronavirus santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter