Covid-19 : l'hôpital d'Oxford "dans les délais pour fournir un milliard de vaccins d'ici l'hiver”, annonce le PDG belge

Le patron belge de l’hôpital d’Oxford, pionnier dans la course au vaccin contre le Covid-19, a annoncé à la presse belge être en mesure de fournir un milliard de doses de vaccins d’ici l’hiver, en réponse aux résultats de tests encourageants.
Le vaccin expérimental contre le Covid-19 de l'hôpital universitaire d'Oxford et le laboratoire AstraZeneka a produit une réponse immunitaire importante.
Le vaccin expérimental contre le Covid-19 de l'hôpital universitaire d'Oxford et le laboratoire AstraZeneka a produit une réponse immunitaire importante. © AFP
La revue médicale Lancet a publié ce lundi des résultats encourageants à propos d'une étude sur un vaccin testé en ce moment par la société pharmaceutique AstraZeneca et l'Université d'Oxford. Le vaccin expérimental a produit une réponse immunitaire importante et démontré sa sûreté pour les patients lors d'essais cliniques de phases préliminaires.

Son PDG belge Bruno Holthof, ancien directeur de l’hôpital d’Anvers, a affirmé au journal belge TIJD, être “toujours dans les délais pour fournir un milliard de doses du vaccin corona d'ici l'hiver”.

Plus de 1 000 personnes ont déjà testé le vaccin 

À condition, bien sûr, qu'il passe toute la batterie de tests obligatoires pour accéder au marché. S’il a déjà été testé sur des animaux, il s’agit maintenant de prouver qu’il protège l’homme. 1 077 personnes ont déjà participé à l’étude.  Bruno Holthof s’est confié à la presse belge sur l’avancée de l'expérimentation : “L’étude montre clairement qu'il existe une réponse immunitaire. Les sujets vaccinés ont produit des globules blancs, des lymphocytes T, en 14 jours. Ceux-ci sont importants car ils peuvent attaquer activement le virus. Des anticorps, des protéines qui neutralisent le virus, ont également été trouvés après 28 jours. De plus, les effets secondaires du vaccin n'étaient pas trop graves. Certains sujets ont développé un mal de tête ou de la fièvre, mais toutes les douleurs ont pu être résolues avec du paracétamol.” Un test à grande échelle est désormais envisagé auprès de 50 000 personnes, notamment en Afrique du Sud et au Brésil, où l'épidémie atteint encore son pic. 

Des vaccins “à prix coûtant” pour l’Europe 

Selon le patron de l’hôpital universitaire d’Oxford, “si tout continue à se dérouler comme prévu, nous prévoyons de livrer le premier milliard de doses de vaccin d'ici l'hiver. AstraZeneca a déjà conclu des accords pour produire 2 milliards de vaccins. Il existe des contrats avec le Royaume-Uni, les États-Unis et l'Alliance pour un vaccin inclusif en Europe qui comprend la France, l'Allemagne, l'Italie et les Pays-Bas », rapporte le TIJD. 
 
Le vaccin sera vendu “à prix coûtant”, soit environ 2,5 euros l’unité, a indiqué sur RTL Pascal Soriot, le patron du laboratoire pharmaceutique britannique AstraZeneca.

Le groupe a pris le risque de commencer à produire le vaccin "dans pas mal de régions" afin qu'ils soient "prêts à être utilisés si les résultats cliniques sont positifs", selon le patron d'AstraZeneca. Le site de Dunkerque n’est pas concerné par cette production a indiqué le laboratoire. 
 
La course au vaccin est ouverte
Alors que le Covid-19 continue ses ravages à travers la planète, une nouvelle guerre s’est ouverte. De nombreux chercheurs et laboratoires dans le monde se livrent à une course contre la montre pour trouver un vaccin sûr et efficace contre le Covid-19.

Près de 200 candidats vaccins sont développés, dont 23 en phase clinique (testés chez l'être humain). Parmi eux, 2 projets ont produit une réponse immunitaire importante et démontré leur sûreté pour les patient : le vaccin britannique de l'hôpital d'Oxford et AstraZeneka et le projet de vaccin mené à Wuhan en Chine, par des chercheurs de plusieurs organismes. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société belgique international vaccins - covid-19