Covid-19 : les mesures d’isolement ne sont pas suffisantes pour le Pr Philippe Amouyel, épidémiologiste au CHU de Lille

Les voyageurs de retour d’Inde ou du Brésil sont soumis à une quarantaine obligatoire depuis presqu’une semaine. Une première en France depuis le début de la pandémie mais les modalités de cette mise en isolement accablent le corps médical.

Panneau indiquant la zone de contrôle pour les passagers à leur arrivée à l'aéroport de Roissy, le 25 avril 2021
Panneau indiquant la zone de contrôle pour les passagers à leur arrivée à l'aéroport de Roissy, le 25 avril 2021 © Ian Langsdon / AFP

Des sorties possibles tous les jours pour les voyageurs en isolement, c’est ce qui consterne sans doute le plus le Professeur Philippe Amouyel. "Je ne comprends pas, je ne comprends pas", dit-il. Et de comparer : "En Grande-Bretagne, les voyageurs en provenance de pays où le virus flambe sont vraiment soumis à une quarantaine de 10 jours. On les places dans des hôtels, à l’isolement, sans possibilité de sortir, on leur amène le repas... Et en plus la facture c’est pour leur pomme."

Le porte-parole du gouvernement a annoncé mercredi 21 avril un isolement de 10 jours obligatoire pour les voyageurs en provenance de ce pays. Dès leur arrivée à l’aéroport, ces derniers passent un test anti génique avant de signer un formulaire indiquant leur lieu de quarantaine. Une quarantaine avec contrôle de police et amende de 1000 à 1500 euros si les règles sont enfreintes.

Au moins, les autorités ont augmenté le tarif des amendes.

Pr Philippe Amouyel

Le seul point qui trouve peut-être grâce aux yeux du médecin : "Au moins, les autorités ont augmenté le tarif des amendes", souligne-t-il avec amertume. Outre-Manche depuis septembre, l’amende est de 11000 euros, bien plus dissuasive.

Autre problème selon Philippe Amouyel : la famille du voyageur qui n’est pas soumise à l’isolement.

"Ce que je conseille aux voyageurs quand ils reviennent passer leur quarantaine en famille, c’est de mettre en place des mesures barrière à leur domicile. Or d’après ce que j’ai compris, personne ne les a informés de ça. C’est un vrai risque d’avoir quelqu’un qui peut potentiellement contaminer son entourage. Si il déclenche son variant, il va le refiler à toute la famille qui n’étant pas en quarantaine va avoir la possibilité de contaminer l’entourage, au travail, à l’école et ainsi de suite... "

"En France le niveau de contamination reste très élevé", répète le Professeur. Dix fois plus élevé que les Anglais.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société vaccins - covid-19 confinement déconfinement