• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Démission du général de Villiers : Xavier Bertrand réagit sur Twitter

© Xavier Bertrand tweet sur la démission du général Bertrand de Villiers
© Xavier Bertrand tweet sur la démission du général Bertrand de Villiers

Le général Pierre de Villiers a démissionné de son poste de chef d'état-major , il conteste la rigueur  budgétaire du gouvernement concernant l'armée. Ce matin Xavier Bertrand le président LR du conseil régional des Hauts-de-France exprime sur Twitter son soutien au général.  

Par Halima Najibi avec AFP


Après plusieurs accrochages entre Emmanuel Macron et lui, Pierre de Villiers a annoncé sa démission dans un communiqué de presse ce mercredi 19 juillet Le général de Villiers explique, qu’il considère « ne plus être en mesure d’assurer la pérennité du modèle d’armée auquel (il) croit pour garantir la protection de la France et des Français, aujourd’hui et demain", sa démission a été acceptée ce mercredi par le Président de la république.


Ce matin le président LR du conseil régional des Hauts-de-France Xavier Bertrand a réagi sur Twitter, il exprime son soutien au chef de l'état-major.

  

Ce militaire de 60 ans est un homme respecté et apprécié de ses hommes, discret et pondéré est sorti du bois à intervalles réguliers dans des tribunes ou des entretiens à la presse, déclarant que "l'armée était au taquet", "serrait les dents", et "ne pouvait plus faire mieux avec moins".

Sa dernière tribune au Figaro vendredi appelait encore à "préserver l'indispensable cohérence entre les menaces, les missions et les moyens". Et c'est dans un langage beaucoup plus fleuri que Pierre Le Jolis de Villiers de Saintignon s'était exprimé quelques jours avant devant la commission Défense à l'Assemblée à huis clos, assurant qu'il n'allait pas se "laisser baiser" et que la situation de l'armée n'était "pas tenable".

Ce sont ces sorties qui lui coûtent son poste aujourd'hui, le président Macron ayant jugé "indigne" ces critiques devant les parlementaires sur les 850 millions d'euros d'économies réclamées cette année aux armées. La veille du 14 juillet, devant un parterre de militaires, le chef de l'Etat avait sèchement rappelé "Je suis votre chef" avant de recadrer, sans jamais le nommer, son chef d'état-major.

A LIRE AUSSILe général Pierre de Villiers, chef d'état-major des armées, annonce sa démission

Sur le même sujet

Les postiers de Saint-Quentin en grève

Les + Lus