Des élus de Molenbeek iront en banlieue parisienne pour “collaborer” face à des problèmes communs

Molenbeek, commune bruxelloise, a acquis une réputation de fief jihadiste pour avoir abrité plusieurs auteurs des attentats de Paris et de Bruxelles, au grand dam de ses 100.000 habitants. / © MaxPPP
Molenbeek, commune bruxelloise, a acquis une réputation de fief jihadiste pour avoir abrité plusieurs auteurs des attentats de Paris et de Bruxelles, au grand dam de ses 100.000 habitants. / © MaxPPP

Une dizaine d'élus et militants de Molenbeek, commune belge d'où sont originaires plusieurs protagonistes des attentats du 13 novembre et de Bruxelles le 22 mars, seront reçus lundi par leurs homologues de banlieue parisienne.

Par avec AFP

Il s'agit de la deuxième étape d'une "collaboration" entre Molenbeek (Belgique) et Paris, deux villes qui se disent unies par les mêmes difficultés . 

La venue de cette délégation belge en banlieue parisienne lundi fait suite à la visite en mai à Molenbeek d'une quinzaine d'élus et de militants franciliens, appartenant à des majorités de droite ou de gauche. Ils avaient été reçus par des acteurs de terrain et la maire de cette commune bruxelloise.

"Apporter une force changement positif"

Objectif de ces rencontres : "échanger sur les expériences et les solutions mises en place au niveau local" dans des quartiers aux "problématiques communes", détaille samedi Mehdi Bouteghmès, 28 ans, élu sans étiquette à La Courneuve, en Seine-Saint-Denis.

"On subit la même chose", explique-t-il. "Les discriminations, la stigmatisation sont similaires des deux côtés de la frontières". "D'ailleurs, on utilise une ville belge pour stigmatiser une ville française", poursuit l'élu, en faisant référence à une "une" controversée du Figaro Magazine, titrée "Molenbeek sur Seine : à Saint-Denis, l'islamisme au quotidien".

Contre ces polémiques, les organisateurs espèrent que cet échange de bonnes pratiques entre "acteurs de terrain" permette d'apporter une "force de changement positif" et aboutisse à des actions communes.

Abdelhamid Abaaoud, Mohamed Abrini et Salah Abdeslam

Lundi et mardi matin, la délégation belge visitera plusieurs villes de Seine-Saint-Denis : Clichy-sous-bois, Sevran, Saint Denis et La Courneuve. Ils y rencontreront et échangeront avec des élus et acteurs associatifs de toute l'Île-de-France. 

Molenbeek, commune bruxelloise, a acquis une réputation de fief jihadiste pour avoir abrité plusieurs auteurs des attentats de Paris et de Bruxelles, au grand dam de ses 100.000 habitants.

Abdelhamid Abaaoud, figure charismatique de l'organisation Etat islamique était un enfant de la commune, et Mohamed Abrini, dit "l'homme au chapeau", impliqué dans les attentats de Paris (130 morts) et de Bruxelles, y avait un appartement. C'est à Molenbeek que Salah Abdeslam a été capturé le 18 mars.

Sur le même sujet

Les + Lus