hauts-de-france
Choisir une région
© MaxPPP
© MaxPPP

Rodolphe Picquet est médecin mais aussi chroniqueur santé de l'émission 9h50 le matin. Aujourd'hui, il propose de revenir sur la composition des édulcorants et de voir s'ils sont tout à fait inoffensifs... 

Par Rodolphe Picquet

Qu'est-ce qu'un édulcorant de synthèse ?

Les édulcorants sont des aliments ayant un pouvoir sucrant. Les édulcorants de synthèse se divisent en deux catégories : les édulcorants de première génération (saccharine, cyclamate, aspartame) et les édulcorants de deuxième génération (sucralose, acésulfame-potassium, neotame, alitame).

D'où viennent-ils ?

Les édulcorants de synthèse sont des composés chimiques fabriqués en laboratoire. Seul le sucralose provient, à l’origine, du sucre.

Comment fonctionnent-ils ?

Les édulcorants de synthèse s’appuient tous sur le même principe : ce sont des molécules « vides », des « non-aliments ». Le corps ne les reconnaît pas comme des nutriments et n’en tire donc pas d’apport énergétique. Pour la plupart, ils ne contiennent donc aucune calorie et ne font pas grimper la glycémie. L’aspartame contient 4 calories par gramme.

Et les autres édulcorants ?

Les sucres-alcools
Il faut distinguer les édulcorants de synthèse des sucres-alcools, aussi appelés polyalcool ou polyols : maltitol, sorbitol, mannitol, xylitol, isomalt, etc. Bien que les sucres-alcools soient eux aussi synthétisés en laboratoire, ils sont, dans une certaine mesure, plus « naturels ». En effet, ils proviennent de différents sucres d’origine végétale. On les retrouve le plus souvent dans les produits alimentaires destinés aux diabétiques, mais aussi dans les friandises, les crèmes glacées et certains chocolats. Ils ne sont pas vendus comme édulcorants de table. Le xylitol décolle les bactéries de la plaque dentaire. C’est pourquoi de nombreux chewing-gums sans sucre en contiennent. Les sucres-alcools ont peu d’impact sur la glycémie, mais consommés en quantités importantes, ils peuvent entraîner des troubles gastro-intestinaux (flatulence, diarrhée, etc.).

La stévia
La stévia est un « nouvel » édulcorant issu d’une plante utilisée depuis très longtemps en Amérique du Sud pour sucrer les boissons et la nourriture. Le pouvoir sucrant du stévia est de 100 à 300 fois celui du sucre.


Le sirop d’agave
Ce sirop est extrait de la sève présente dans le coeur de l’agave, une plante qui sert aussi à fabriquer la téquila (Agava tequilana). Son goût est plus neutre que celui du miel. Son pouvoir sucrant est plus élevé que celui du sucre blanc, soit 1,4. Comme il contient une forte proportion de fructose (de 60 % à 90 %), son index glycémique est faible (autour de 20), ce qui constitue un avantage pour les diabétiques. Le sirop d'agave est presque aussi calorique que le sucre, mais comme son pouvoir sucrant est plus élevé, on en utilise 30 à 40% de moins. A cause de sa haute teneur en fructose, il fait augmenter le taux de triglycérides dans le sang lorsqu’il est consommé en grande quantité. Cette augmentation constitue un facteur de maladie cardiovasculaire et de résistance à l’insuline.

Inoffensifs les édulcorants ?

Depuis des années, les édulcorants sont suspectés d'être cancérigènes, neurotoxiques, et de provoquer des migraines. Des centaines d'études scientifiques ont tenté d'infirmer ou de confirmer les suspicions qui planent sur les édulcorants. Impossible de dire aujourd'hui encore avec certitude si ces produits sont inoffensifs. D'autres études ont également évoqué l'absence d'efficacité des édulcorants sur l'obésité, ou sur la survenue du diabète. Mais le véritable problème lié à la consommation de "faux sucres" est double :
1. Tout d'abord, elle entretient la dépendance aux sucres. Plutôt que de diminuer la quantité de sucre dans les sodas, les pâtes à tartiner, les confiseries ou les biscuits - ce qui diminuerait les ventes - l'industrie agro-alimentaire a choisi d'entretenir le goût sucré en déculpabilisant les consommateurs
2. Elle leurre le cerveau. L'organisme qui perçoit la saveur sucrée sans les aliments qui normalement l'accompagnent, réclame ensuite de vrais sucres rapides. Objectif : nul.

Pour entretenir votre santé ou perdre quelques kilos, l'important est de tenter de se déshabituer de la saveur sucrée et de privilégier sans aucun scrupule les aliments à index glycémiques bas.