hauts-de-france
Choisir une région

Documentaires - La France en vrai

Le lundi soir, deux documentaires, pour porter un regard sur des histoires remarquables, des histoires de société, des histoires de la France en vrai.
Logo de l'émission Documentaires - La France en vrai

DOCUMENTAIRE. Si j'étais... Portraits (chinois) et autoportraits d'une jeunesse invisible

© Si j'étais...
Réal. : A. Jarach/Une coproduction France TV Studio & France télévisions
© Si j'étais... Réal. : A. Jarach/Une coproduction France TV Studio & France télévisions

Dans la forêt de Retz, à l’ombre d’Alexandre Dumas, douze adolescents en terminale du Lycée Européen de Villers-Cotterêts nous racontent leurs doutes, leurs rêves, leur monde. Une enquête signée Andrés Jarach.

Par MJ

Ils s'appellent Gabriel, Emma, Elise, Victoire, Manon. Ils ont 17 ans et ils sont tous élèves de terminale dans un lycée du sud de l'Aisne, le lycée européen Alexandre Dumas de Villers-Cotterêts.
Un territoire rural, peu desservi par les transports en communs et traversé de larges zones blanches. Pour des raisons pratiques, une bonne part d'entre eux a opté pour la vie en internat. Ils ne font pas plus partie de la "jeunesse dorée" que de la jeunesse défavorisée...
Bref, ces ados, en passe de devenir de jeune adultes, qui ne font pas la une des journaux ou des études sociologiques sont "invisibles" des médias. Le réalisateur Andrés Jarach est parti à la rencontre de ces adolescents. Ils se confient sur cette "année de parcours sup, du bac, des choix pour l'avenir". Dixit Victoire, qui ajoute : "mais je crois qu'on n'est pas prêts pour ça".

 

Extrait du documentaire.
Le lycée européen Alexandre Dumas - Villers-Cotterêts / © Si j'étais.../Réal. A. Jarach/Coprod France TV Studio & France Télévisions
Le lycée européen Alexandre Dumas - Villers-Cotterêts / © Si j'étais.../Réal. A. Jarach/Coprod France TV Studio & France Télévisions



Confidences sur portables

Tous les parents d'ados le savent : ils n'aiment pas se confier sauf à leurs amis. Le réalisateur souhaitait éviter l'oeil intimidant d'une caméra professionnelle et a opté pour un tournage au smartphone, objet bien connu des adolescents. Ils avaient également le choix de faire découvrir leur village ou leur chambre avec leurs portables personnels. 
Dernier petit secret de tournage facilitateur de confidence : le portrait chinois.

 

Si j'étais un jeu, je serais le portrait chinois

Dans le domaine littéraire, un portrait chinois est un jeu permettant de déceler certains aspects de la personnalité d'un individu ou d'identifier ses goûts ou ses préférences personnelles, au travers d'un questionnaire basé sur l'identification à des personnes, des objets ou des éléments divers (Source : Wikipedia).

Si tu étais un lieu ? 
Si tu étais un véhicule ? 
Si tu étais une ville ?
Si tu étais une émotion?

La conjonction "si" fait toute la différence avec une queston directe puisque la réponse tient en un mot, et pousse à se justifier par une explication plus développée. La conjonction "si" est également un conditionnel qi minore l'engagement personnel du joueur qui peut ajouter "mais je ne suis pas...".

© Réal. A. Jararch/France TV Studio & France Télévisions
© Réal. A. Jararch/France TV Studio & France Télévisions

Le questionnaire de Proust

Les jeux de personnalité tels le portrait chinois connurent un grand succès à la fin du 19ème siècle. Ils étaient le plus ouvent importés de Grande-Bretagne, à l'instar de « An Album to Record Thoughts, Feelings, &c » (un album pour garder pensées, sentiments, etc.). Si ce livre est aujourd'hui inconnu de plupart d'entre nous, les réponses que Marcel Proust rédigea - avec le même talent que celui qui fit de lui un grand écrivain - a donné son nom à cet exercice de confidence(s) : "le questionnaire de Marcel Proust"
Le père de "A la recherche du temps perdu" appréciait tant cet album de questions qu'il y répondra plusieurs fois. Le questionnaire originel date de 1890 et il est intitulé "Marcel Proust par lui-même". Le manuscrit  a atteint le prix de 102 000€ lors d'une vente aux enchères en 2003.

Pour découvrir les réponses : Marcel Proust par lui-même (Fonds Kolb/Proust - Université de l'Illinois)

Le questionnaire de Proust au 20ème siècle

Bernard Pivot remit ce questionnaire, remanié, à la mode alors qu'il présentait "Bouillon de culture". Il y voyait le moyen de faire se confier ses invités au-delà de leurs oeuvres. Voici une sélection des meilleurs moments compilés par l'INA. Guy Bedos ouvre le bal suivi de Mastroianni, de Fanny Ardant, Soeur Emmannuelle, Umberto Eco, etc.

Les questions de Bernard Pivot à poser à vos amis

Durant 10 ans, de 1991 à 2001, Bernard Pivot présentait "Bouillon De Culture" sur France 2.
Chaque émission se terminait par le fameux questionnaire de Proust :

Votre mot préféré ?
Le mot que vous détestez ? 
Votre drogue favorite ?
Le bruit que vous préférez ?
Le bruit que vous détestez ?
Votre juron, gros mot ou blasphème préféré ?
Homme ou femme pour illustrer un nouveau billet de banque ?
Le métier que vous n'auriez pas aimé faire ?
La plante ou l'animal dans lequel vous voudriez être réincarné ?
Si Dieu existe, qu'aimeriez-vous l'entendre vous dire après votre mort ?

 

Si j'étais...
Un film d'Andrés Jarach
A voir Lundi 25 octobre à 23h sur France 3 Hauts-de-France
Une coproduction France TV Studio et France Télévisions

 

 

A lire aussi