• DÉCOUVERTE
  • MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • économie
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE
Anthéa et Virgile Guiost du duo A-Vox / © Nicko Guihal
Anthéa et Virgile Guiost du duo A-Vox / © Nicko Guihal

Ils ont les mêmes yeux en amande, la même élégance et sont frère et sœur. Anthéa et Virgile ont aussi les cheveux colorés et surtout du talent plein le cœur. Ils ont formé le duo lillois A-Vox et reprennent Heroes de David Bowie au Métaphone de Oignies. À les écouter, on frissonne.

Par Elise Benoit

Heroes version A-Vox


A-Vox, c’est Anthéa qui chante avec son piano. A-Vox, c’est Virgile qui joue du rythme avec ses percus et sa batterie. A-Vox, c’est un son décomposé et recherché avec ses effets électro-punk. 

Dans la salle des machines de l'ancienne Fosse 9-9bis, Anthéa et Virgile, 24 et 22 ans, ont posé leurs instruments pour y reprendre la chanson Heroes David Bowie. Sobriété et classe, chapeau bas !

On a choisi Heroes de David Bowie, car il a des idées qu’on défend dans notre album comme le fait d’être un héros pour une journée. On a un morceau Killer Boy qui parle des attentats du Bataclan, qui parle de l'histoire de cet homme qui est rerentré dans le Bataclan pour sauver encore d’autres personnes. Lui, c'est vraiment un héros, nous explique Anthéa
 
Heroes version A-Vox

Pour chanter cette reprise, A-Vox a choisi le Métaphone. Lieu de création et de diffusion de la musique contemporaine des Hauts-de-France qui est érigé sur une ancienne mine, celle du puits 9-9bis. 

C’est anciennement une mine et nous, ça nous a inspiré parce qu’on a eu la chance de composer une partie de la musique du film "Zombillénium" qui a pour thème principal la mine.

A-Vox en interview


A-Vox, qui êtes-vous ?

Voilà cinq ans qu’Anthéa et Virgile Guiost ont formé le groupe A-Vox

De petits cafés en grandes scènes puis d'interviews en plateaux télé, les deux frère et sœur sont définitivement rentrés dans la cour des grands. Ils se définissent en duo électro-punk où les mots sont parfois écrits en Français, où les mots sont parfois scandés en Anglais. 

Petit retour en arrière. Nous sommes en 2013. Un peu touche-à-tout, la sœur et le frère débarquent à Lille pour y étudier la musique à la fac et au conservatoire. Petit à petit, le duo se crée.

Et, deux ans passent, Anthéa et Virgile se lancent devant les festivaliers en mettent le feu sur la scène du Main Square 2015. Dans les coulisses se trouve Mat Bastard -l'ancien chanteur de Skip the Use- qui tombe sous leur charme. 
 
A-Vox sur la scène du Main Square 2015

Mat Bastard les embarque alors. Et à tout juste 20 ans, Anthéa et Virgile filent à New-York où ils enregistrent le titre et le clip More than friends
 
More than Friends

En septembre dernier, A-Vox a sorti son premier album "Not afraid" sous le label Polydor du groupe Universal Music. 

"Nous faisons tout nous-mêmes. En général, moi, j’écris et lui compose. Il y a notre producteur, Mat Bastard, qui nous a apporté son expérience. Il nous a aidés à aller au bout de nos idées", explique Anthéa à Lilleactu.

"Not afraid", ce sont treize chansons aux rythmes effrénés, à la compo soignée et déstructurée, aux textes poétiques qui disent l'oppression ou les injustices. 
 


Au Journal l'Union, le duo se confie sur leur album : "Il y a des chansons sur des sujets très variés. On parle de la cause féministe. Il y a un morceau sur les homosexuels en Tchétchénie, un autre sur les camps sexuels pour les petites filles au Malawi. On parle aussi de dépression, de solitude, de la foule ou du suicide. Mais ce n’est pas une musique dark, c’est dynamique. On n’est pas là pour éduquer ou pour juger. On invite juste à regarder ce qui se passe ailleurs."

Avec leurs chansons, les deux musiciens souhaitent donc donner une voix aux sans-voix. Étymologiquement A-Vox, ça veut dire "sans voix".

Donner une voix et aussi aller au-delà de soi ou de ses propres frontières pour dénoncer ce qui se passe ailleurs : "Tu n’étais qu’un enfant … ils t’ont frappé sans regretter… jugé différent dans leur regard aucun espoir. Pour toi, j’aurais voulu un monde sans foi sans effort. Pour toi, il n’avait pas le droit alors lève le doigt.", scande Anthéa dans la chanson Idole sur la répression sanglante des homosexuels en Tchétchénie*.

On est un duo énergique, contemporain et concerné par le monde.
 

Le clip "Full of lies"


"Trying not to forget but sometimes I feel so upset", ce sont les première mots de la chanson "Full of lies", (traduction :  "Essayer de ne pas oublier, mais parfois, je me sens tellement en colère").

A-Vox chante devant un groupe de danseurs, s'empoignent, puis partagent avec eux quelques pas dans ce clip à la réalisation impeccable.

Clip où les danseurs sont habillés de t-shirts blancs sur lesquels des inscriptions ont été griffonnées en anglais : lies-anger-violence (mensonge-colère-violence). 

Clip où le duo chante toujours avec ce même engagement et ce besoin de donner la parole à ceux et celles qui ne l'ont pas ou plus.

A-Vox a choisi de tourner ce clip dans un lieu désaffecté de la ville Gray. Ville qui nous rappelle le fait-divers sordide de la mort d'Alexia Duval, mais aussi, ville que le duo connaît comme dynamique. 

"À Gray, il y a un festival qui s'appelle Rolling Saone, une équipe municipale, une jeunesse très investie dans la culture, mais c'est aussi l'endroit où a été assassinée Alexia Duval.
Tourner le clip de Full of lies (titre qui parle des mensonges)  à Gray, c'était mettre en avant le dynamisme culturel, la jeunesse de cette ville et effacer l'image à laquelle certains associent à la ville
", explique l'attachée de presse du groupe.
 

Clip "Full of Lies" de A-Vox
Visual Break
 

"You know you can kill anyone with time but you can’t rule my life with all your fucking lies."*


*traduction : "Tu sais que tu peux tuer quelqu'un avec le temps, mais tu ne peux pas diriger ma vie avec tous tes putains de mensonges."


Les dates de leurs prochaines scènes 

  • Le mardi 27 novembre au Point Éphémère à Paris 
  • Le samedi 15 décembre au Forum à Charleville-Mézières 
 

Petit bonus

A-Vox, ce sont aussi deux artiste sympathiques à l'auto-dérision facile. On sent la complicité d'une enfance partagée, d'une création commune, d'un respect mutuel.

Il faut regarder la chanteuse Anthéa qui tend son bras, le micro à la main, chercher une fréquence pour être entendue. Il faut admirer les t-shirts "Ghostbuster" ou "oui mais non" de Virgile
 

A-Vox

Et toi, tu l'as vu notre premier vlog ? https://www.youtube.com/watch?v=JmYlZYtJ95I

 

* Pour avoir plus d'infos sur la répression sanglante des homosexuels en Tchétchénie, l'émission Envoyé spécial a réalisé un documentaire sur le sujet en novembre 2017.

Qui sont les Merta ?