Etat d'urgence : le carnaval de Dunkerque maintenu mais des questions sur la sécurité

Publié le Mis à jour le
Écrit par @f3nord
Le sous-préfet du Nord demande à la ville de Dunkerque et aux associations de renforcer la sécurité du carnaval, sans moyens supplémentaires pour l'instant
Le sous-préfet du Nord demande à la ville de Dunkerque et aux associations de renforcer la sécurité du carnaval, sans moyens supplémentaires pour l'instant © MaxPPP

Le carnaval de Dunkerque devrait bien avoir lieu malgré l'état d'urgence. Mais la question de la sécurité est posée, sans effectifs supplémentaires de policiers a priori. 


Le carnaval de Dunkerque maintenu mais quid de la sécurité ?Sans son phénoménal carnaval, Dunkerque ne serait plus vraiment Dunkerque. Malgré l'état d'urgence, le sous-préfet du Nord a donc annoncé le maintien de l'événement, pour la plus grande joie des habitants de la cité de Jean Bart.
"Le fait de l'annuler, ce serait céder au terrorisme, tout simplement", affirme cette Dunkerquoise. Pour une autre : "Si on arrête une année, on arrête et puis après c'est fini. Donc je pense qu'il faut maintenir le carnaval, en étant vigilant."

Sans effectifs supplémentaires de police

Mais la sous-préfecture ne garantit pas d'augmenter le nombre de policiers. Elle demande aux communes et aux associations d'élever le niveau de sécurité.
Une demande peu réaliste, selon le maire de Dunkerque Patrice Vergriete (DVG) : "Ma police municipale n'est pas armée et les forces de l'ordre ont des prérogatives que n'ont pas les polices municipales, et donc, il y a un besoin d'encadrement complémentaire.  et je le dis ce n'est pas forcément un événement organisé par la commune, si j'annulais tout ce qui était organisé par la commune, nous aurions des dunkerquois dans la rue. A ce moment-là, la responsabilité c'est les forces de l'ordre de l'État."

"On va être encore plus vigilant vis-à-vis des clients qui vont rentrer dans le Kursaal"

Du côté des bals, la sécurité avait déjà été rehaussée suite aux attentats de Charlie Hebdo. Ce dispositif policier devrait suffire.
Les associations comptent quand même renforcer leurs propres services de sécurité.
"On va être encore plus vigilant vis-à-vis des clients qui vont rentrer dans le Kursaal", rassure Jean-Luc Dubois, président de l'Association des Bals de Carnaval. "Il faut que les carnavaleux dunkerquois s'attendent à avoir des palpations un peu plus soutenues. Il faut qu'il s'attendent également à devoir venir plus tôt dans nos événements".

La bande de Dunkerque risquent de poser plus de problèmes. Chaque année, elle rassemble plus de 40 000 carnavaleux.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.