Des gendarmes réservistes de la Somme patrouillent dans les TER de la région

Le mercredi 30 octobre, trois gendarmes appartenant à la réserve opérationnelle de la Somme ont pris place à bord des TER circulant dans le département entre les lignes Amiens-Laon, Amiens-Abbeville et Amiens-Lille.
Trois gendarmes réservistes ont patrouillé dans les TER de la Somme
Trois gendarmes réservistes ont patrouillé dans les TER de la Somme © Gendarmerie de la Somme
Une convention a été signée le 25 mars 2019, entre la région des Hauts-de-France, la SNCF et la gendarmerie. L'objectif est d'améliorer la sécurité des voyageurs dans les TER circulant dans les département de la Somme, du Nord et du Pas-de-Calais. Le mercredi 30 octobre, trois gendarmes appartenant à la réserve opérationnelle de la Somme ont pris place à bord des TER circulant entre les lignes-Amiens-Laon, Amiens-Abbeville et Amiens-Lille. Ces patrouilles sont mobilisées sur les lignes les plus sensibles. Leur mission lutter contre les incivilités, la fraude et les agressions. Ils procèdent à des contrôles d’identité ou de bagages et, si besoin, prennent les premières dispositions en attendant le renfort des gendarmes territoriaux. Ils ne contrôlent pas les titres de transport.

170 patrouilles d'ici fin 2019 dans les Hauts-de-France pour surveiller les lignes sensibles

Les trois gendarmes réservistes ont patrouillé sur les quais ainsi qu'à l'intérieur des wagons afin de dissuader les auteurs potentiels d'infraction. Un dispositif qui semble efficace. Fin d'année 2018, un individu recherché, qui voyageait à bors d'un train a été interpellé.  
 
Trois gendarmes réservistes de la Somme sont en patrouille le mercredi 30 octobre 2019.
Trois gendarmes réservistes de la Somme sont en patrouille le mercredi 30 octobre 2019. © Gendarmerie de la Somme

Cette présence des gendarmes à bord des TER a été expérimentée en 2018, elle vient compléter l'action des agents des unités de la surêté ferroviaire. À la fin de l’année 2019, 45 patrouilles auront été déployées sur les lignes de la Somme, et 170 dans les Hauts-de-France.  

Le coût de cette opération est pris en charge par la gendarmerie nationale. Ce dispositif est complété par l'installation de plus de 200 caméras dans les gares et les quais. L'investissement de la Région s'élève à près de 2,8 millions d'euros.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécurité société