Grève des avocats : ce qui les met en colère

Les avocats de Beauvais à la manifestation nationale à Paris / © Nagib Ben Ghezala / FTV
Les avocats de Beauvais à la manifestation nationale à Paris / © Nagib Ben Ghezala / FTV

Les audiences des tribunaux d'Amiens Beauvais et Compiègne sont renvoyés. Les avocats sont vent debout contre la réforme des retraites. Ils sont l'une des professions libérales à être soumise à une caisse de retraite autonome. Explications 

Par Narjis El Asraoui

La réforme des retraites envisagée par le gouvernement prévoit la fin des 42 régimes de retraite actuels, en faveur d’un régime unique à points. Ce qui fait monter la colère des avocats, mobilisés aujourd’hui. Toutes les audiences à Amiens, Beauvais et Compiègne sont renvoyées. Après une réunion du barreau à 13h30 au Palais de justice d’Amiens, et une lecture de la motion au public, les avocats se sont rendus à Paris, pour rejoindre la manifestation nationale, avec les autres professions libérales, pour dire non à cette réforme des retraites. Notre reportage à la fin de cet article. 
 
© Nagib Ben Ghezala / FTV
© Nagib Ben Ghezala / FTV
© Nagib Ben Ghezala / FTV
© Nagib Ben Ghezala / FTV


Actuellement, les avocats sont soumis à la Caisse nationale des barreaux (CNBF), un régime autonome. La réforme des retraites entrainerait la disparition de cette caisse, et ses 2 milliards d’euros de réserves financières, le fruit d’une cotisation des avocats. Ils affirment contribuer chaque année au régime général, en reversant des sommes importantes, à hauteur de 80 millions d'euros, selon eux. 

Ce qui va changer


Pour les avocats, le passage au système universel se traduirait en partie par une forte hausse des cotisations retraites, qui passeraient de 14% des revenus, à 28%. Certains futurs retraités verront le montant de leur pension nettement diminué.


"Nous n’avons pas à rougir de notre démarche. Il ne faut pas croire que les avocats touchent des retraites pharamineuses. Elles sont comparables à celles des artisans par exemple. En région, la situation est compliquée pour notre profession" explique Xavier d’Hellencourt, vice-bâtonnier d’Amiens, présent à la manifestation.
"Actuellement, notre régime fonctionne bien. Il est même excédentaire. On fait en sorte de payer les pensions des retraités mais aussi ceux des futurs retraités" ajoute l’avocat.

Jean-Paul Delevoye, haut-commissaire aux retraites recevra mardi matin, les responsables de la CNBF, du CNB et de la Conférence des bâtonniers, avec Nicole Belloubet.
Il rencontrera également d’ici le 15 octobre, les représentants des 42 régimes spéciaux.
 
Régime des retraites : les avocats des barreaux d'Amiens, Beauvais et Compiègne mobilisés à Paris

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus