Intoxications au monoxyde de carbone, la menace fantôme de l'hiver

Dans le Nord, tous les hivers, 200 interventions des pompiers concernent des intoxications au monoxyde de carbone. Une cinquantaine d'interventions ont eu lieu en cette fin d'automne 2022, heureusement, aucune mortelle pour le moment. Pour faire baisser les chiffres, quelques conseils simples.

Le monoxyde de carbone est un gaz incolore, inodore, non irritant, qu'on ne peut donc ressentir. Il est issu d'une mauvaise combustion (du bois, du charbon, du pétrole, du fioul, du gaz), et peur provoquer de violents maux de tête, mais aussi des nausées voire la mort par asphyxie, quand l'intoxication est prolongée par exemple pendant le sommeil. 

Il est donc important de bien entretenir ses moyens de chauffage, mais aussi, pour les autorités, de s'équiper, de détecteur qui valent une trentaine voire une quarantaine d'euros. Attention également à ne pas trop se calfeutrer pour se protéger du froid. Les aérations sont importantes pour que les pièces restent avec une quantité d'oxygène suffisante. 

durée de la vidéo : 00h01mn51s
Le point avec Léo Marron. ©France Télévisions

En cas d'accident, arrêter les moyens de combustion, aérer les pièces, quitter les locaux, appeler le 112. Au retour chez soi, ne pas rallumer les appareils de chauffage avant le passage d'un professionnel.