La grippe annoncée dans les Hauts-de-France, les demandes de vaccinations augmentent dans les pharmacies

Publié le Mis à jour le
Écrit par Mustapha Nezzari .

Depuis le lancement de la campagne de vaccination contre le virus de la grippe mi-octobre, les pharmaciens doivent aussi faire face à l'augmentation des cas de covid et de bronchiolites.

Les chiffres de l'épidémie de grippe sont tombés ce matin, deux régions sont déjà en phase épidémique : la Bretagne et la Normandie, selon Santé Publique France.

Les Hauts-de-France sont toujours en phase pré-épidémique, comme la semaine passée. Selon Santé Publique France, "les passages en phase épidémique les plus précoces n'étaient survenus qu'à partir de la semaine 49 en métropole, soit début décembre", depuis le début de la surveillance de l'épidémie lors de l'hiver 2015-2016. 

À l'approche des fêtes de fin d'année, il est essentiel que les personnes à risque se protègent avec la vaccination contre la grippe et le Covid-19.

Les autorités de santé indiquent que cette augmentation des indicateurs concerne "toutes les classes d'âge", mais la hausse est plus marquée chez les 5-14 ans pour les passages aux urgences et les hospitalisations. 

Santé Publique France recommande donc aux personnes à risque et à l'approche des fêtes, de se faire vacciner à la fois contre le virus de la grippe saisonnière et contre la Covid-19.

Le spectre de la triple épidémie et des pharmacies sous pression

Du côté des pharmaciens, la tension monte crescendo depuis le 15 octobre, comme dans la pharmacie du Bizet à Villeneuve-d'Ascq.  

Aurélien Pagny y constate une forte augmentation des demandes de vaccinations depuis début novembre, alors que d'habitude les gens venaient plus tard en décembre.

"Au début de la campagne de vaccination de la grippe, nous recevions surtout des patients qui venaient chercher leur vaccin pour se rendre chez leur médecin, ce sont nos habitués. Mais là, depuis début novembre, nous faisons beaucoup de vaccination sur place", ajoute le pharmacien.

Aurélien Pagny indique, qu'entre le 15 octobre et le 1er novembre, sa pharmacie a pratiqué 114 injections du vaccin contre la grippe, contre 162 en novembre. Sans compter ceux qui sont simplement venus chercher leur dose de vaccin.

À la dernière minute... 

Le pharmacien déplore que les personnes viennent se faire vacciner souvent à la dernière minute.

"Les gens qui sont moins regardants, ou qui attendent un peu plus, viennent souvent quand ils entendent parler des premiers cas de grippe; un peu comme le Covid, ils savent qu'ils ont un rappel à faire mais attendent une nouvelle vague pour se faire vacciner", ajoute Aurélien Pagny.

Pour le pharmacien, décembre est un mois très chargé et encore plus cette année avec trois épidémies en cours, il va falloir répondre à toutes les demandes.

Les cas de Covid-19 augmentent dans la région Hauts-de-France : 1633 hospitalisations, plus 121 en 24H dont 85 en réanimation.

La bronchiolite, elle, continue à sévir avec des hospitalisations sans précédent depuis 10 ans dans la région et pour ces trois pathologies qui sont potentiellement mortelles, les pharmaciens recommandent vivement le port du masque et la vaccination le plus rapidement possible, à la fois contre le Covid-19 et la grippe saisonnière.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité