• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Le LOSC n'a pas pu faire plier le PSG

© FRANCK FIFE / AFP
© FRANCK FIFE / AFP

Alors qu'ils étaient les meilleurs candidats pour mettre fin à l'invincibilité parisienne, les Lillois n'ont pas réussi à s'imposer malgré une première mi-temps relevée.

Par Quentin Vasseur

Rien n'y fait. Le LOSC, pourtant bien placé pour faire chuter le géant parisien dont il est le dauphin, n'a pas su relever le challenge et s'est incliné sur la pelouse du Parc des Princes, 2-1.

Paris continue donc d'écraser la Ligue 1 puisqu'il totalise déjà 36 points et compte désormais 11 longueurs d'avance sur les Dogues.

Le LOSC, qui n'a pas démérité, a bien résisté et tenté de contrarier le club de la capitale, mais a fini par craquer dans la dernière demi-heure face aux stars parisiennes, même si Nicolas Pépé réduit le score sur pénalty dans le temps additionnel (90e+3).
 


Dès le début de match, les Lillois ne se sont pas laissés impressionner et c'est Xeka qui réalise la première frappe cadrée (8e), avant que Jonathan Bamba ne dévisse sa reprise dans la surface (12e).

Toutefois, le PSG ne tarde pas à imposer sa domination mais Mbappé et Marquinhos manquent le cadre (10e et 23e) tandis qu'Angel Di Maria bute sur Mike Maignan (22e).

Le portier lillois est proche d'être surpris sur un coup franc de Neymar (38e) et un corner direct de Di Maria (39e).

Lille plie, mais ne rompt pas, à l'image du capitaine Adama Soumaoro qui se jette pour contrer un tir de Mbappé (45e) et détourne un centre de Neymar (50e).
 

 

70 minutes pour ouvrir le score


Le PSG parvient finalement à trouver la faille avec un peu de réussite : une ouverture de Neymar est détournée par José Fonte dans la course de Mbappé, qui décoche dès vingt mètres une superbe frappe enroulée (1-0, 70e).

Alors que le LOSC se découvre de plus en plus pour tenter d'égaliser, Paris enfonce le clou grâce à ses stars : Neymar réalise un une-deux avec Mbappé devant la surface et avant de déclencher un tir que Soumaoro détourne, prenant son gardien à contre pied (2-0, 84e).

La réduction du score de Pépé sur un penalty provoqué par une main de Kehrer est anecdotique (90+ 3) et ne gâche pas la fête des Parisiens, qui ont fait oublier sur le terrain les déboires en coulisses : les "Football Leaks" accusant le club parisien d'avoir contourné les règles du fair play financier avec la complicité de l'UEFA et Marco Verratti arrêté pour conduite en état d'ivresse.

Le PSG a ainsi battu le record de victoires consécutives en début de saison dans les cinq grands championnats détenu par Tottenham depuis la saison 1960-1961. Le club parisien avait égalé la marque des Londoniens (11) dimanche dernier en l'emportant à Marseille (2-0).

 

Mbappé, futur ballon d'or ?


Kylian Mbappé "sera Ballon d'Or plusieurs fois" a estimé en conférence de presse Christophe Galtier, revenant sur la performance du prodige français. "Il fait partie des joueurs de classe mondiale comme le sont Cristiano Ronaldo ou Lionel Messi. Il va vite, mais il est très fort techniquement. Il n'a pas besoin d'espaces pour s'exprimer." 

L'attaquant international de 19 ans a marqué son onzième but de la saison vendredi soir. "C'est un monstre. Il va être l'un des meilleurs joueur dans le monde" a renchéri Tuchel, son propre entraîneur.
 

Les réactions des entraîneurs

Christophe Galtier (LOSC) : "Paris était vraiment trop fort. On n'a pas eu 2 ou 3 secondes pour respirer. On connaissait la qualité individuelle, technique et dans la transition de cette équipe et ils se sont efforcés à nous étouffer dès leur perte de balle, à nous presser. La qualité de l'adversaire a fait qu'on a été étouffé. On n'a pas eu du tout de possibilités, ils ne nous ont donné aucun espoir. On a été dominé et on n'a jamais été dans le sens du jeu, on n'a pas eu de situations. J'ai rarement vu mes attaquants dans le sens du but, ça prouve la détermination qu'ils ont mis pour récupérer le ballon très haut. Est-ce que mes joueurs ont été en-dessous de leur niveau ? Je ne crois pas. Paris a été bien meilleur que sur les derniers matches. Il y a beaucoup trop d'écart. Pour espérer faire un résultat contre Paris, il faut être au top dans tous les secteurs et que Paris soit un peu moins bien. Ce soir, ils ont été au top, donc, automatiquement, on n'a pas existé dans ce qu'on sait faire d'habitude. On s'est appliqué à bien défendre, mais ce n'est pas suffisant. Paris nous a empêchés de développer du jeu."

Thomas Tuchel (PSG) : "Je pense que c'était notre meilleur match cette saison. C'était nécessaire contre cet adversaire et ça sera aussi nécessaire mardi soir. Naples, c'est un autre style et ça sera un défi super important. L'équipe est en confiance après ce bon match. C'était nécessaire de jouer avec beaucoup de qualité et on l'a fait. C'était une performance magnifique, un gros effort de l'équipe. Il y a eu beaucoup de structure, de possession de balle, on a fermé les espaces. On a contrôlé complètement les contre-attaques durant tout le match et c'était difficile, car je pense que Lille est une des meilleures équipes d'Europe en termes de contre-attaques. On a été très sérieux, très discipliné et il faut féliciter mon équipe. (Sur la non titularisation d'Adrien Rabiot): Il n'était pas puni ce soir. Julian (Draxler) a fait un bon match à Marseille en prenant ses responsabilités. On a décidé de jouer aujourd'hui avec deux N.6 pour contrôler les contre-attaques. C'était une décision difficile, mais c'est mon travail de le faire."
 

Sur le même sujet

Luka Elsner en conférence de presse avant le match de l'ASC face au LOSC

Les + Lus