Anor : en plein confinement, ils brisent les fenêtres d'un voisin à coups de sabre puis crachent sur les gendarmes

Un violent différend a éclaté entre voisins à Anor (Nord), dans l'Avesnois, jeudi soir. Deux hommes alcoolisés ont été interpellés après avoir brisé les fenêtres d'une maison à coups de sabre et l'un d'eux a craché sur les gendarmes, affirmant qu'il était porteur du coronavirus Covid-19. 

Image d'illustration
Image d'illustration © FREDERIC GILTAY / FRANCE 3
Les gendarmes sont alertés jeudi soir, vers 19h30 . Un habitant de la rue du Petit-Canton, à Anor (Nord), leur signale qu'après s'être disputé avec des voisins, deux hommes alcoolisés se sont présentés devant sa porte, dont l'un était muni d'un sabre. Ce dernier a alors utilisé cette arme pour briser les fenêtres de la maison.  

Lorsque les gendarmes du PSIG d'Avesnes-sur-Helpe arrivent sur les lieux, les deux agresseurs ont regagné leur domicile et s'opposent violemment aux militaires qui viennent les interpeller.
 
L'un des deux suspects, âgé de 35 ans, crache en direction de deux gendarmes, affirmant qu'il est porteur du coronavirus Covid-19. Les deux hommes sont ensuite embarqués et placés en garde à vue à la brigade de gendarmerie de Fourmies.
 

Plusieurs agressions de gendarmes ces derniers jours


Ces derniers jours, la Région de gendarmerie a signalé plusieurs agressions subies par des gendarmes dans le département du Nord, dans ce contexte très tendu de confinement sanitaire. Mercredi, un gendarme de La Bassée a été violemment frappé au visage par un jeune homme de 23 ans au cours d'un contrôle. L'agresseur a été placé au service psychiatrie de l'Hôpital Fontan de Lille.
 
En début de semaine, un homme fortement alcoolisé, accidenté au volant d'un buggy à Sainghin-en-Mélantois, a également frappé des gendarmes au cours de son interpellation.
 
Le mis en cause s'est vu remettre une COPJ en vue d'une comparution en octobre 2020. Il est poursuivi pour conduite d'un véhicule sous l'empire d'un état alcoolique (1,77 gr par litre de sang), violences aggravées sur personne dépositaires de l'autorité publique, rébellion, outrage et non-respect du confinement.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers coronavirus/covid-19 santé société