Après les attentats de Barcelone, quelle sécurité pour la braderie de Lille ?

Publié le Mis à jour le
Écrit par France 3 Hauts-de-France
Sécuriser le périmètre de la braderie : l'enjeu central pour la mairie de Lille
Sécuriser le périmètre de la braderie : l'enjeu central pour la mairie de Lille © France 3 Hauts-de-France

L'attentat à la voiture-bélier est l'une des principales préoccupations des autorités depuis l'attentat de Nice, le 14 juillet 2016. 

Ces blocs de bétons, nous les connaissons déjà. Ils font partie du paysage urbain, et ne devraient pas tarder à se multiplier. Pour la braderie de Lille, ce sont près de 1800 tonnes de blocs supplémentaires qui vont être disposés tout autour des artères accueillant l'évènement.


Eviter la voiture-bélier


Objectif : sécurité maximale après les attentats qui ont touché Barcelone. Les terroristes ont employé la méthode de la voiture-bélier, comme lors des attentats de Nice le 14 juillet 2016. 

Hors de question d'annuler une nouvelle fois la braderie : la mairie se préparait déjà à toute éventualité.

"Tout le travail que nous avons fait avec la préfecture, depuis un an maintenant, ça a été d'abord et en premier lieu d'éviter la voiture-bélier. Nous étions juste après Nice (...)" rassure la maire de Lille, Martine Aubry, au micro de France 3. 

durée de la vidéo: 01 min 58
La mairie et la préfecture préparent la sécurité de l'événement depuis presque un an ©France 3 Hauts-de-France


Périmètre sécurisé 


A partir de vendredi soir, les conditions pour rentrer dans le périmètre seront strictement réglementées. Au total, 29 points de contrôle sécuriseront les accès au site. Automobilistes et piétons seront contrôlés, des forces de sécurité supplémentaire sont attendues. 


Toutes les autres conditions du dispositif de sécurité seront dévoilées au public le 28 aout prochain, juste avant le weekend de la braderie.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.