• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Belgique : la Flandre occidentale, en mal de main d'oeuvre, recrute et forme des demandeurs d'emploi nordistes

Photo d'illustration. / © F. Giltay / France 3
Photo d'illustration. / © F. Giltay / France 3

Plus de 200 Français et Wallons vont être recrutés par des entreprises flamandes dans les trois années à venir dans le cadre du projet "En Avant / Vooruit". Formation, coaching, tutorat... tout est prévu pour préparer les demandeurs d'emploi au travail transfrontalier.

Par Margot Desmas

En Flandre occidentale, le nombre de chômeurs est au plus bas, ce qui constitue un casse-tête pour certains chefs d'entreprise qui cherchent à recruter. Alors pour y parvenir, ils ont élargi leurs frontières et vont maintenant recruter jusqu'en Wallonie et dans le département du Nord.
 

Le tout est coordonné via le projet européen "En Avant / Vooruit", en place depuis janvier 2019 et jusqu'en décembre 2021. Il doit permettre d'aller chercher des demandeurs d'emploi francophones qui seront "accompagnés sur le marché de l’emploi en Flandre occidentale au cours des trois années à venir", peut-on lire sur le document de présentation. L'objectif est de recruter 200 français et wallons pour les faire intégrer des entreprises flamandes.

 

Jeunes, bénéficiaires du RSA...


Mais avant de penser recrutement, "En Avant / Vooruit" veut "donner un coup de pouce" à la mobilité transfrontalière. Au programme : "un coaching intensif" pour préparer le demandeur d'emploi "tant sur le plan psychosocial, que culturo-linguistique" à intégrer une entreprise flamande, précise une autre brochure.

Seront recrutés en priorité les jeunes et les personnes plus précaires telles que les allocataires du RSA. Pôle Emploi, partenaire du projet, leur proposera alors "des postes en adéquation avec [leur] profil". Puis ces candidats seront informés sur leurs droits et obligations au niveau de la sécurité sociale ainsi que la fiscalité concernant l'emploi transfrontalier.
 

Une fois arrivés dans l'entreprise, Français et Wallons seront épaulés par un tuteur francophone, déjà actif dans la société ouest-flandrienne concernée. Si nécessaire, une formation leur sera également offerte. Plus de 6 500 demandeurs d'emploi français se sont déjà tournés vers des entreprises ouest-flamandes, souvent dans le cadre de projets précédents.

 

Sur le même sujet

Enquêtes de région : “Notre cher patrimoine”

Les + Lus