Covid-19. Le SAMU de Lille appelle à la vigilance : "On n'est pas sur la bonne voie"

Alors que le taux d'incidence a quasiment doublé dans le Nord en une semaine, le Samu de Lille appelle au respect des mesures barrières. 

Covid-19 : face à l'augmentation du taux d'incidence, le SAMU de Lille appelle à la vigilance.
Covid-19 : face à l'augmentation du taux d'incidence, le SAMU de Lille appelle à la vigilance. © FREDERIK GILTAY - FRANCE 3 NORD PAS-DE-CALAIS
"On ne sait pas encore ce que le virus va donner comme forme grave ou comme séquelles, donc il faut par tous les moyens éviter d'attraper le Covid-19", alerte le docteur Roch Joly, urgentiste au SAMU de Lille. 

En une semaine, le taux d'incidence a presque doublé. Il est passé de 9,9 cas de nouvelles contaminations au coronavirus pour 100.000 habitants sur la semaine du 11 au 18 juillet, à 16,4 cas pour celle du 18 au 24 juillet. 
  Une partie de cette augmentation est liée à l'importance du nombre de tests réalisés dans le département, mais pas que : "malheureusement, on reçoit toujours plus d'appels. On aurait souhaité que les mesures barrières soient mieux respectées, car partis comme on l'est, on ne va pas sur la bonne voie", alerte l'urgentiste.  "On commence à avoir des personnes qui consultent que nous n'avions plus au début du mois. Le phénomène existe, il est bien réel. On est en train d'assister à une propagation. Même si on ne peut pas encore parler de deuxième vague, elle est suffisamment importante pour qu'on soit inquiets", alerte-t-il. 

Diminution des hospitalisations 

Depuis plusieurs semaines, le nombre d'hospitalisations diminue néanmoins. Actuellement, 89 personnes sont hospitalisées, c'est 12 personnes de moins qu'au 20 juillet dernier. 
Derrière ce signe encourageant, se cache la crainte d'un pic d'ici quelques jours : "Il faut savoir que la personne qui vient d'être contaminée au Covid-19 ne va pas développer une forme grave dans les 24 heures. Il faut en général attendre une dizaine de jours, donc il y a toujours un décalage."

Si le taux d'incidence augmente, il est donc possible que sa répercussion sur le nombre d'hospitalisations ne soit alors visible que dans une dizaine de jours. Une deuxième hypothèse est avancée par l'urgentiste : "Les patients fragiles, plus susceptibles de réaliser des formes graves du coronavirus et donc d'être hospitalisés, ont été plus sensibilisés lors de la première vague de l'épidémie. Ils sont donc nombreux à bien connaître et appliquer les mesures barrières", tient-il à préciser.

Ce qui est moins le cas des 15-40 ans, eux aussi touchés par le coronavirus. "Ils ne sont pas forcément plus nombreux qu'avant à être touchés, mais il faut savoir qu'ils peuvent aussi faire des formes graves."

Le Pas-de-Calais plutôt épargné

Dans le Pas-de-Calais, la situation est moins critique. Le taux d'incidence est stable : il varie entre 4 et 4,8 cas de contaminations pour 100.000 habitants sur les derniers jours.

Mais pour autant, la prudence reste de mise : "La situation sera positive lorsqu'il n'y aura plus de contaminations. De plus, il faut ramener ce chiffre à la densité de population. C'est normal que dans les départements où il y a plus de zones rurales comme dans l'Aisne et l'Oise, il y a une diminution des risques", ajoute le docteur Joly. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter