Les écoliers vont expérimenter le port de l'uniforme à Denain

Le 19 octobre, les parents des écoliers Denaisiens se sont exprimés en faveur de l'expérimentation du port de l'uniforme. Ce projet s'inscrit dans une expérience plus large à l'échelle nationale lancée par Gabriel Attal, ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse.

Au mois de septembre, Gabriel Attal a annoncé vouloir lancer une expérimentation du port de l'uniforme dans les établissements scolaires "volontaires". Denain, fait partie de ces communes qui ont répondu présentes à l'appel du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse.

Le 17 octobre, Anne-Lise Dufour-Tonini, maire de Denain (PS), a demandé aux parents d'élèves de se prononcer "pour ou contre" le port de la tenue unique dans les établissements scolaires de sa commune par le biais d'un référendum. Le principe est simple : l'école qui récoltera le plus de votes positifs expérimentera le port de l'uniforme entre ses murs.

Deux jours plus tard, ils seront 814 à se déplacer dans les urnes, et le résultat est sans appel : sur les six établissements Denaisiens qui ont participé au vote, tous ont récolté une majorité de OUI. "Presque 60% de participation, c'est important" se félicite l'édile.

Au total, ils seront 454 parents à s'être exprimés favorablement, et c'est l'établissement Michelet/Chaptal qui a récolté le plus de votes positifs avec 60.14% de OUI. Ce sont donc plus de 300 élèves qui expérimenteront le port de la tenue unique.

Désormais, la mairie va passer à la deuxième étape de l'expérimentation en concertant les parents d'élèves ainsi que les délégués des classes concernés. "L'idée c'est de répondre à des questions pratico-pratiques comme la couleur de l'uniforme ou le logo qui sera utilisé. Ce sera également l'occasion de décider de la marche à suivre si un élève perd son uniforme ou le détériore" explique Anne-Lise Dufour-Tonini. C'est un processus qui va s'avérer assez long. La maire estime que le déploiement des uniformes pourrait probablement se faire pour la rentrée scolaire 2024-2025.

Dans la mesure où l'expérimentation est portée par l'Etat, ces uniformes ne devraient pas engendrer de coût supplémentaire pour les familles.

Une fois ces uniformes déployés, il faudra mesurer leur efficacité. La mairie va s'associer avec des pédopsychiatres et des sociologues pour mesurer l'impact du dispositif sur les discriminations. "Si l'expérimentation se passe bien, nous étendrons l'utilisation de l'uniforme dans la ville."

Le port de l'uniforme ne fait pas l'unanimité

Sur la page Facebook de la Ville de Denain, ainsi que sur celle de l'édile, les réactions sont vives et nombreuses. Au cœur du débat, la question des discriminations. Pour un internaute, il s'agit d'une mesure "hypocrite. Il y aura toujours des différences qui subsisteront dans les chaussures, les manteaux et les fournitures scolaires. Et surtout le mal est interne et doit se traiter par l'éducation...". Pour d'autres, c'est un "un outil d’égalité et de lutte contre la discrimination."

Cela s'adresse aux gamins qui sont harcelés, laissés de côté, dont on se moque. Des parents se privent pour acheter des vêtements à leurs enfants. Si on ne teste pas l'uniforme dans nos établissements, on ne saura jamais s'ils sont efficaces.

Anne-Lise Dufour-Tonini, maire de Denain (PS)

Si ce n'est peut-être pas "une solution miracle pour régler tous les problèmes à l'école", Gabriel Attal estime "qu'elle mérite d'être testée" pour faire "avancer le débat". Selon le ministre, "le meilleur moyen de se faire une idée, c'est de tester les choses dans une série d'établissements."

durée de la vidéo : 00h01mn09s
La question de l'uniforme divise dans le Nord ©Hélène Tonneillier / FTV

Résultats du vote dans les établissements scolaires de Denain :

Ecole Michelet/Chaptal : OUI 60,14%

Ecole Berthelot : OUI 50%

Ecole Diderot : OUI 59,81%

Ecole Voltaire : OUI 55,5%

Ecole Zola : OUI 57,56%

Ecole P.Roy : OUI 58,62%