• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Grève mondiale pour le climat à Lille : les jeunes nous ont donné leurs solutions pour sauver la planète

Armés de leurs pancartes, des lycéens nous ont raconté ce qu'ils feraient s'ils étaient au pouvoir pour lutter contre le réchauffement climatique / © M. Schelcher
Armés de leurs pancartes, des lycéens nous ont raconté ce qu'ils feraient s'ils étaient au pouvoir pour lutter contre le réchauffement climatique / © M. Schelcher

Rassemblés cet après-midi sur la Grand' Place pour leur première journée de grève pour le climat, les lycéens lillois nous ont raconté ce qu'ils feraient s'ils étaient au pouvoir, pour lutter contre le réchauffement climatique. Témoignages.

Par Myriam Schelcher

"Et 1 et 2 et 3 degrés, c’est un crime contre l’humanité", "On est plus chauds, plus chauds, plus chauds que le climat". 6000 collégiens, lycéens et étudiants se sont donné rendez-vous à 14h sur la Grand Place de Lille pour leur première grève scolaire pour le climat.

Entre deux slogans, ils ont pris le temps nous dire ce qu'ils feraient eux s'ils étaient au pouvoir. Moins de plastique, moins de gaz à effet de serre, plus de transports en commun, voilà leurs mesures phares.
 

"Limiter la surconsommation,
développer les transports en commun"

 
Henrietta, en Première au lycée Montebello à Lille
Henrietta, en Première au lycée Montebello à Lille

"Je ferais respecter les accords de Paris (signés en décembre 2015, la France s'y est engagée à réduire de 40% ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030). On a fait des promesses, il faut les respecter."

"Il faudrait déjà voir ce qu'on pourrait mettre en place à l'échelle nationale pour commencer. Limiter la surconsommation, développer les transports en commun, qui polluent moins, comme le métro ou le bus.
Réduire les voyages en avion, trouver des alternatives parce que ça consomme énormément."

"Il faudrait aussi mettre en place des péages à l'entrée des villes comme à Londres par exemple pour réduire le nombre de voitures.
"
 

"Réglementer les firmes et les entreprises qui polluent beaucoup"

 
Arthur et ses copains, en Terminale au lycée Saint Adrien de Villeneuve d'Ascq
Arthur et ses copains, en Terminale au lycée Saint Adrien de Villeneuve d'Ascq

"Si j'étais au pouvoir, j'essaierais de réglementer les firmes, les entreprises qui polluent beaucoup. Je prendrais des mesures efficaces pour réduire les émissions de CO2." (elles sont reparties à la hausse en France, 3,2% de plus en 2017)


"Je mettrais l'écologie avant l'économie"

 
Madeleine, étudiante en droit et journalisme à l'Académie de l'ESJ 
Madeleine, étudiante en droit et journalisme à l'Académie de l'ESJ 

"Si j'étais au pouvoir, je mettrais l'écologie avant l'économie. Je donnerais la parole aux jeunes pour changer les choses. Je réduirais la circulation des voitures pour réduire la pollution. J'encouragerais les gens à faire du vélo, à prendre les transports en commun. Je créerais un cercle vertueux autour de bonnes pratiques à tous les niveaux".
 

"Consommer bio et local sans que cela ne coûte plus cher"

 
Gwendoline, Marie, Lucie et leurs amis en Première au Lycée Montebello de Lille
Gwendoline, Marie, Lucie et leurs amis en Première au Lycée Montebello de Lille

"On prendrait le temps pour réfléchir et écouter la population, et les jeunes en particulier parce qu'on a beaucoup de choses à proposer. Progressivement, il faudrait supprimer le nucléaire et développer les énergies renouvelables, pour diminuer les émissions de CO2."

"Prendre exemple sur les villes qui sont déjà en route comme Grande-Synthe pour encourager la transition écologique. En parler beaucoup plus.
Et puis, aider tout le monde à changer au quotidien, encourager le tri sélectif, le compostage des déchets, prendre des douches plutôt que des bains, refuser les pailles au fast-food, enlever tous les sacs en plastique."


"L'Etat devrait aider les citoyens à consommer bio et local sans que cela ne leur coûte plus cher. Il faudrait mettre en place des subventions et des aides pour cela. Développer les magasins en vrac. Favoriser les producteurs locaux, et manger des fruits et légumes de saison."

"Et puis, sanctionner les multinationales, les grands groupes, les taxer s'ils ne font pas travailler les producteurs locaux et s'ils ne suppriment pas les emballages plastiques. "
 

"Supprimer tous les sacs plastiques" 

 
Ulysse, en Terminale à Saint Paul à Lille
Ulysse, en Terminale à Saint Paul à Lille

"J'écouterais plus l'avis de la population. Je serais beaucoup plus attentif à l'écologie et à la pollution. En Australie par exemple, les deux plus grandes enseignes de supermarchés du pays ont supprimé tous les sacs plastiques, ça pourrait commencer par ça."


 

Sur le même sujet

Chimène Badi se dévoile : "Ma voix a changé, je pense qu’il y a plus de vécu aujourd’hui."

Les + Lus