Ligue 1 : après la remontada du LOSC à Lyon (3-2), les supporters des Dogues rêvent de voir leur équipe sacrée champion

Menés 2 à 0 à la 35ème minute, les Lillois ont réalisé l'exploit de s'imposer 3 à 2, récupérant ainsi la première place de Ligue 1 à quatre journées de la fin. Les supporters des Dogues commencent à rêver et certains s'imaginent déjà fêter le LOSC champion, dix ans après le doublé de 2011.

Burak Yilmaz célèbre son troisième but avec ses coéquipiers, permettant au LOSC de s'imposer 3 à 2 face à Lyon, un concurrent direct pour le sacre de champion.
Burak Yilmaz célèbre son troisième but avec ses coéquipiers, permettant au LOSC de s'imposer 3 à 2 face à Lyon, un concurrent direct pour le sacre de champion. © PHILIPPE DESMAZES / AFP

Une image vaut plus que mille mots. Au coup de sifflet final sur la pelouse lyonnaise du Groupama Stadium, l’entraîneur des Dogues exulte. Le LOSC s’est imposé 3 à 2 face à Lyon et retrouve la première place du classement, à quatre journées de la fin de la saison.

Pour célébrer ces trois points, Christophe Galltier ne peut s’en empêcher : il nous a offert une roulade arrière parfaitement exécutée avant de finir sur les genoux, les poings serrés et le regard tourné vers le ciel.

Car cette victoire, cruciale pour les Dogues, élimine l’OL de la course au titre et permet aux Lillois de se positionner sérieusement pour occuper définitivement la première place du classement.

Le roi Yilmaz

La rencontre était pourtant mal engagée pour les Lillois, menés 2 à 0 au bout de 35 minutes de jeu. Mais Lyon n’a pas réussi à tenir la distance. Après un premier but de Yilmaz sur un coup franc splendide avant la mi-temps qui redonne de la motivation aux joueurs, le LOSC domine la seconde période. Jonathan David permet aux Dogues de revenir au score et Burak Yilmaz, de nouveau lui, libère Lille à la 85ème minute. Score final, 3 à 2 pour le LOSC et trois points précieux dans la course au titre.

L’attaquant turc du LOSC, surnommé le roi Yilmaz par bon nombre de commentateurs, permet ainsi aux Lillois de retrouver la première place grâce à deux buts et une passe décisive. Cependant, en retirant son tee-shirt pour célébrer la victoire, Yilmaz a écopé d’un carton jaune comme le veut le règlement, le troisième en moins de 10 journées. Conséquence : il sera absent de la rencontre face à Lens, vendredi 7 mai prochain.

Explosion de joie

Difficile cependant de contenir son émotion. Mickaël Foor commente les matchs du LOSC depuis une quinzaine d’années pour la web TV du club Losc.tv. "À 2-2, j’étais persuadé que le but allait arriver, je le sentais venir", raconte-t-il. Installé derrière son micro dans un petit studio installé pour l’occasion à Luchin, le passionné n’a pas pu contenir sa joie au moment du troisième but.

Dans cet extrait, il prononce pas moins de dix fois le nom de Burak Yilmaz, l’homme du match, et ne tient plus en place au moment d’annoncer le but libérateur. "Dans ma manière de commenter, je n’aime pas les blancs et les temps morts, je m’arrange pour toujours mettre des mots, raconte-t-il au lendemain de cette folle soirée. Quand il y a une action proche du but, le moyen le plus facile est de citer le nom du joueur. Le temps s’arrête quand Burak s’approche de Lopes, on se pose la question. Mes lèvres disent 10 fois Burak mais ma tête dit : il faut que tu marques !"

Du côté des supporters, privés de stade, l’émotion était également au rendez-vous. Antoine Meeschaert, à la tête du club de supporters des Dogues d’honneur, a encore du mal à se remettre de ses émotions. Réuni avec trois amis pour regarder le match, il avoue avoir stressé toute la journée, et l’émotion est allée crescendo. "Quand on met le deuxième et qu’on revient au score, on se dit qu’il y a une possibilité. Puis on marque le troisième… Là, c’était l’explosion dans la maison. Les enfants dormaient en haut mais on a dû les réveiller tellement on a hurlé", raconte-t-il.

Encore quatre matchs… dont un derby face à Lens

Car l’enjeu était énorme : gagner pour retrouver la première place du classement à quatre journées de la fin et à un petit point seulement devant le PSG. Avant la fin du championnat, les Dogues jouent encore quatre matchs, dont le prochain au Stade Pierre Mauroy face à Nice samedi 1er mai à 21 heures. "Je pense que ce sera le match le plus difficile parmi les quatre derniers avant la fin de la saison", estime le commentateur Mickaël Foor.

"Quand tu es capable de gagner à Paris, à Lyon et d’être encore premier à quatre journées de la fin, quand tu vois l'état d’esprit de l’équipe et du coach, ils sont programmés pour aller chercher le titre".

Mickaël Foor, commentateur des matchs du LOSC sur Losc.tv

Selon lui, les dogues devront gagner les quatre rencontres pour espérer rester sur la première marche du podium, dont le derby qui s’annonce très chaud face à Lens vendredi 7 mai à 21 heures. "Ça va être un sacré derby, assure de son côté Antoine Meeschaert. Des Dogues d’honneur. Il faut absolument qu’on le gagne".

Puis le LOSC recevra Saint-Étienne le 16 mai avant de se déplacer à Angers le 23 mai, date de la fin de la saison qui rimera peut être avec champion pour les Lillois. "C’est à la fois tellement difficile et tellement accessible, résume Mickaël Foor. Quand tu es capable de gagner à Paris, à Lyon et d’être encore premier à quatre journées de la fin, quand tu vois l'état d’esprit de l’équipe et du coach, ils sont programmés pour aller chercher le titre".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
losc football sport ligue 1