Cet article date de plus de 3 ans

Lille : l'encadrement des loyers est-il vraiment efficace ?

Lille était la deuxième ville de France a avoir adopté l'encadrement des loyers en février dernier. Huit mois plus tard, la mesure est-elle vraiment efficace ? Les propriétaires respectent-ils la loi ?

L'encadrement des loyers est mis en place à Lille depuis le 1er février 2017.
L'encadrement des loyers est mis en place à Lille depuis le 1er février 2017. © MaxPPP
À Lille, on compte de nombreux logements de petite taille et souvent des loyers trop chers : 300 à 500 euros par mois pour 20m². Bien plus que les prix fixés par l'encadrement des loyers, lancé en février 2017 dans la ville.

C'est le cas d'un studio de centre-ville que nous avons visité en caméra discrète. 400 euros mensuels de loyer, soit 100 euros de plus que le loyer de référence. Quand on le lui fait remarquer, la propriétaire tente de se justifier.

"Avant, le loyer était de 450 euros, donc je l'ai baissé", explique-t-elle. "Le bail signé, il y a toujours moyen que vous demandiez à renégocier les barèmes."

Encadrement des loyers : quelle efficacité ? ©France 2

Plus de 500 euros par mois pour 16m²

Depuis le 1er février 2017, les propriétaires sont tenus de respecter un barème qui varie selon le quartier. Le loyer ne peut excéder 20% par rapport à ce prix de référence.

Un étudiant qui vient d'emménager à Lille accepte, à visage caché, de nous montrer son studio. Pour 16 m² non meublés, il paie plus de 500 euros.

Pour vérifier le prix de référence, il se connecte sur le site internet du gouvernement. "Mon loyer maximum serait de 332,8 euros. Donc je suis largement au-dessus", constate-t-il.

Mais il n'envisage pas de porter plainte. "Je pense que ça serait plus simple de changer d'appartement plutôt que d'attaquer en justice le propriétaire".

Selon l'étude d'une association de consommateurs, 63% des logements à Lille sont en conformité avec la loi. Il reste donc un logement sur trois qui ne l'est pas.

L'expérience lilloise n'en est qu'à ses débuts. Selon la mairie, il faut encore convaincre 8 000 propriétaires de se plier à la loi.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
logement société